L'Union internationale pour la conservation de la nature[1] (UICN, en anglais IUCN) est l'une des principales organisations non gouvernementales mondiales consacrées à la conservation de la nature.

Union internationale pour la conservation de la nature
Cadre
Forme juridique Organisation non gouvernementale internationale
But Conservation de la nature
Biodiversité
Solutions basées sur la nature
Zone d’influence Monde entier
Fondation
Fondation à Fontainebleau, France
Identité
Siège 28 rue Mauverney, Gland, Suisse
Président Razan Khalifa Al Mubarak
Directeur général Bruno Oberle
Trésorier Nihal Welikala
Volontaires 10 000+
Membres 1 300+ organisations
Employés 900
Site web http://www.iucn.org/fr/
Ancien logo

Sa mission est d'influencer, d'encourager et d'assister les sociétés du monde entier, dans la conservation de l'intégrité et de la biodiversité de la nature, ainsi que de s'assurer que l'utilisation des ressources naturelles est faite de façon équitable et durable.

Fondée le à la suite d'une conférence internationale tenue à Fontainebleau, en France, elle s'intitulait, à l'origine, Union internationale pour la protection de la nature (UIPN), mais elle a été rebaptisée sous son nom actuel en 1956[2]. Son siège est situé à Gland, en Suisse. Elle réunit plusieurs États et agences gouvernementales, plus de 1 100 ONG et plus de 10 000 experts et scientifiques[3]. Elle emploie plus d'un millier de personnes dans le monde travaillant sur plusieurs centaines de projets. Elle a aidé plus de 75 pays à préparer et appliquer des stratégies en matière de conservation et de diversité biologique.

L'ONG est particulièrement connue pour attribuer aux espèces un statut de conservation, qui fait référence dans la communauté scientifique, et à partir desquels elle édite sa liste rouge des espèces menacées. Elle classe également les aires protégées en 7 catégories.

L'UICN est également l'organisme consultatif référent auprès du Comité du patrimoine mondial pour l'étude de l'inscription des sites naturels à la liste du patrimoine mondial, ainsi que l'évaluation de l'état de conservation de ces sites.