Yue Xin - Wikiwand
For faster navigation, this Iframe is preloading the Wikiwand page for Yue Xin.

Yue Xin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

La mise en forme de cet article est à améliorer (août 2020). La mise en forme du texte ne suit pas les recommandations de Wikipédia : il faut le « wikifier ». Comment faire ? Les points d'amélioration suivants sont les cas les plus fréquents : Les titres sont pré-formatés par le logiciel. Ils ne sont ni en capitales, ni en gras. Le texte ne doit pas être écrit en capitales (les noms de famille non plus), ni en gras, ni en italique, ni en « petit »… Le gras n'est utilisé que pour surligner le titre de l'article dans l'introduction, une seule fois. L'italique est rarement utilisé : mots en langue étrangère, titres d'œuvres, noms de bateaux, etc. Les citations ne sont pas en italique mais en corps de texte normal. Elles sont entourées par des guillemets français : « et ». Les listes à puces sont à éviter, des paragraphes rédigés étant largement préférés. Les tableaux sont à réserver à la présentation de données structurées (résultats, etc.). Les appels de note de bas de page (petits chiffres en exposant, introduits par l'outil «  Source ») sont à placer entre la fin de phrase et le point final[comme ça]. Les liens internes (vers d'autres articles de Wikipédia) sont à choisir avec parcimonie. Créez des liens vers des articles approfondissant le sujet. Les termes génériques sans rapport avec le sujet sont à éviter, ainsi que les répétitions de liens vers un même terme. Les liens externes sont à placer uniquement dans une section « Liens externes », à la fin de l'article. Ces liens sont à choisir avec parcimonie suivant les règles définies. Si un lien sert de source à l'article, son insertion dans le texte est à faire par les notes de bas de page. Insérer une infobox (cadre d'informations à droite) n'est pas obligatoire pour parachever la mise en page. Pour une aide détaillée, merci de consulter Aide:Wikification. Si vous pensez que ces points ont été résolus, vous pouvez retirer ce bandeau et améliorer la mise en forme d'un autre article.

Yue Xin ( en chinois mandarin : 岳 昕 ) est une militante marxiste et féministe chinoise née en 1990 [1]. Elle est connue pour avoir participé à une manifestation inspirée de #MeToo contre l'Université de Pékin (dont elle fut étudiante) [2]. Elle a également participé à des manifestations pour les droits des travailleurs dans le district de District de Pingshan à Shenzhen, province du Guangdong en République populaire de Chine qui ont duré de juillet à .

Pékin décrit Yue Xin comme l'une des militants de gauche les plus influentes du pays ; le China Digital Times l'avait citée comme leur personne de la semaine et le South China Morning Post a répertorié Yue comme l'un des « disparus » en Chine, avec l'actrice chinoise Fan Bingbing , le photographe activiste Lu Guang et l'ancien vice-ministre de la Sécurité d'État Meng Hongwei[3] .

Biographie

Yue Xin a grandi à Pékin. Elle a commencé à s'intéresser à la politique au collège (inspirée par les ouvrages de Liu Yu). Au cours de cette période, elle se décrit comme une libérale. Yue a décidé de devenir militante après avoir été témoin de l'incident de The 2013 Southern Weekly ; un conflit qui a éclaté au sujet de la censure par le gouvernement de Pékin d'un « Message de Nouvel An » publié dans le journal chinois Southern Weekly; ce qui a généré des émeutes. Puis Yue Xin intègre ensuite l' Université de Pékin et obtient un diplôme de Langues Etrangères en 2018. Parmi les principales influences de Yue se trouvent les militantes féministes chinoises Liu Yu et Xiao Mei.

Activisme

Courant 2018, Yue Xin a participé à une série de manifestations contre l'université de Pékin pour des cas d'agression sexuelle qui auraient été allégués et la perpétuation de comportements prédateurs au sein de la faculté et du personnel. La controverse était centrée sur la responsabilité pénale de l'université de Pékin dans la mort de Gao Yan, un étudiant en littérature chinoise de l'Université de Pékin qui s'est suicidé en 1998, et aurait été violé par le professeur Shen Yang de l'Université de Pékin[4].

Le , Yue Xin adresse une demande formelle d'accès à l'information à l'université, demandant des informations sur la mort de Gao Yan et les allégations contre Shen Yang. Selon Yue, dans une lettre ouverte à tous les étudiants et au personnel de l'Université de Pékin, le personnel du campus a pris des mesures immédiates pour tenter de contraindre Yue à retirer sa demande d'accès à l'information. Un conseiller scolaire serait en effet venu à l'improviste dans son dortoir avec la mère de Yue afin de persuader sa fille d'annuler sa demande.

L'université n'a fourni aucun document pertinent concernant les allégations contre Shen Yang, prétendant en effet que les documents étaient soit manquants, soit hors de leur domaine.

Incident de Jasic

Elle rejoint l'organisation syndicale étudiante Groupe Solidaire des Travailleurs de Jasic le à Huizhou, dans le Guangdong. Les travailleurs, invoquant de mauvaises conditions de travail et de bas salaires, ont tenté de former un syndicat en violation de l'interdiction chinoise des syndicats non étatiques. Ceci a donné lieu à des manifestations contre les politiques du gouvernement chinois envers les droits des travailleurs[5] .

Disparition

Yue faisait partie des cinquante membres ou partisans du groupe de solidarité des travailleurs de Jasic arrêtés par la police chinoise le [6],[7],[8]. Au , Yue n'a pas été vue en public depuis son arrestation par les autorités chinoises. Le , un rapport sur le site Web officiel du Jiashi Workers Support Group expose que la police du Guangdong a forcé Yue et quatre autres membres de son Groupe à enregistrer une confession filmée pour avouer «des actes illégaux». Personne ne l'a revue depuis.

Réactions internationales

Au moins trente universitaires, dont le linguiste et militant politique Noam Chomsky et le professeur de philosophie politique de l'Université de Yale, John Roemer, boycottent les conférences universitaires marxistes chinoises, en réaction à la répression des militants universitaires qui ont participé à l'incident de Jasic. Chomsky a déclaré dans le Financial Times : « Continuer à participer à [...] des événements liés au marxisme officiellement sponsorisés signifie que nous resterions complices du jeu du gouvernement chinois. Les universitaires de gauche du monde entier devraient se joindre au boycott de ces conférences. » [9]

Notes et références

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  1. Reuters 5 septembre 2018
  2. New York Times 4 avril 2018
  3. « Person of the Week: Yue Xin – China Digital Times (CDT) »
  4. Javier C. Hernández, « Cornell Cuts Ties With Chinese School After Crackdown on Students », sur NYTimes.com,
  5. « The Guangdong model », sur The Economist,
  6. (en) Associated Press, « China's Disappeared: A look at who went missing in 2018 », South China Morning Post,‎ (lire en ligne, consulté le 1er janvier 2019)
  7. Esther Wang, « Young Chinese #MeToo and Labor Rights Activist Has Been Missing for Weeks After Being Detained by Police », Jezebel, ((Article)) : paramètre « date » manquant (lire en ligne, consulté le 21 novembre 2018)
  8. Lily Kuo, « 50 student activists missing in China after police raid », the Guardian,‎ (lire en ligne)
  9. Yuan Yang, « Noam Chomsky joins academics boycotting China Marxism conferences », Financial Times,‎ (lire en ligne, consulté le 26 décembre 2018)
{{bottomLinkPreText}} {{bottomLinkText}}
Yue Xin
Listen to this article