Zulu (film, 2013) - Wikiwand
For faster navigation, this Iframe is preloading the Wikiwand page for Zulu (film, 2013).

Zulu (film, 2013)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Zulu
Le réalisateur Jérôme Salle et l'acteur Orlando Bloom en mai 2014.

Réalisation Jérôme Salle
Scénario Julien Rappeneau
Jérôme Salle
Acteurs principaux

Orlando Bloom
Forest Whitaker
Sven Ruygrok
Conrad Kemp
Adrian Galley

Sociétés de production Eskwad
Pathé
Lobster Films
M6 Films
Pays d’origine
France

Afrique du Sud
Genre Film policier
Durée 110 minutes
Sortie 2013

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Zulu est un film policier franco-sud-africain écrit et réalisé par Jérôme Salle, sorti en 2013.

Le scénario est une adaptation du livre homonyme Zulu de Caryl Férey, œuvre littéraire couronnée par le grand prix de littérature policière[1] en 2008 et par le prix Jean Amila-Meckert au Salon du livre d'expression populaire et de critique sociale d'Arras en 2009[2]. L'œuvre fait référence au Projet Coast, le programme d'armement biologique et chimique du régime d'apartheid d'Afrique du Sud[3].

Synopsis

Intrigue

En 2013, une équipe composée d’un policier noir, rescapé en 1978 des milices d'Inkatha sévissant au KwaZulu-Natal devenu chef de la police criminelle du Cap et d’un officier blanc, dont le père était procureur au temps de l’apartheid, cherche à élucider des assassinats liés aux dealers et à une nouvelle drogue. En enquêtant sur cette affaire, ils vont découvrir un terrible secret qui remonte aux heures les plus sombres de l'Apartheid, en se confrontant à l’extrême violence de la société sud-africaine. L’un y perdra ses repères moraux, l’autre y trouvera une forme de rédemption.

Résumé

Alors qu’ils entendent parler de gamins disparus dans le township de Khayelitsha, Ali Sokhela, un officier de police noir du service policier du Cap, son partenaire blanc Brian Epkeen, ainsi qu’une jeune recrue Dan Fletcher, sont appelés pour enquêter sur l'assassinat d'une jeune femme, Judith Botha, dont le corps a été retrouvé au jardin botanique de Kirstenbosch. Judith est en fait vivante mais la victime s’avère être sa meilleure amie, Nicole Weitz, la fille d’un ancien champion de rugby, Stewart Weitz, résidant dans une belle villa sur les hauteurs du Cap. Son assassinat semble lié à une nouvelle drogue.

En rentrant chez lui, Ali désamorce une bagarre entre deux jeunes garçons qui s’enfuiront, mais il trouve une substance en poudre sur les lieux. Il découvrira plus tard qu’il s’agit d’une nouvelle forme de drogue. Au cours de son interrogatoire, Judith a affirmé que Nicole avait passé la soirée avec son petit ami. Renseignés par la danseuse Zina du club « Sundance » qui a identifié celui-ci comme étant Stan, un petit dealer, ils vont à sa recherche sur la plage de Muizenberg où le téléphone de Nicole a été localisé. Près d’un cabanon, l’interpellation tourne au drame pour les policiers, les dealers lourdement armés étant déterminés à les éliminer. Dan Fletcher est amputé d’une main à la machette puis mortellement blessé.

Dans les laboratoires de la police, Brian Epkeen peut constater sur des souris blanches les effets dévastateurs de la drogue trouvée au cabanon, du tik, une sorte de crack qui a été coupé avec une molécule inconnue. A forte dose, dans une agressivité sans limite, elles s’entre-tuent.

Stan s’est échappé mais le gang qui contrôle le trafic s’en saisit et le torture. Pourquoi s’était-il mis à en vendre en dehors des townships ? Celui-ci leur avoue avoir couché avec Nicole Weitz, et l’avoir tuée car, sous l’effet de la drogue, elle était devenue d’une agressivité incontrôlable à son égard.

Retournant sur la plage et notamment dans une maison plus ou moins abandonnée, Epkeen croise une cavalière, Tara, qui lui indique avoir vu roder un 4x4 qu’elle identifiera plus tard et dont le propriétaire s’avère être De Beer, un ancien militaire patron de DPS, une société de sécurité.

Ali Sokhela demande à sa mère de se renseigner dans le township sur les enfants disparus dont il a récupéré les noms dans un dispensaire.

Le lendemain, une nouvelle jeune femme blanche, Kate Montgomery, est retrouvée assassinée sur une plage au milieu des baigneurs. Elle était la fille d’un chanteur connu et habitait une villa sur les hauteurs de la plage. L’inscription Bazokhala, un message de guerre zoulou, nous allons les faire pleurer lui a été griffée sur la poitrine.

La descente de police dans le township de Khayelitsha pour interroger Cat, le caïd local fabricant de la drogue, tourne au guet-apens. Les policiers sont pris dans une fusillade et Ali Sokhela légèrement blessé alors même qu’un commando en fourgon noir liquide les agresseurs poursuivis.
Le commissariat trouve la tête de Stan Kwalana dans une de ses poubelles. Kruger, le patron de la police au passé trouble du temps de l’apartheid, décide que l’enquête sur les meurtres des jeunes femmes est désormais bouclée, Stan étant déclaré comme le coupable officiel.
Dubitatifs sur la culpabilité de Stan qui était analphabète, les enquêteurs continuent leurs recherches à l’insu de leur hiérarchie. La société de sécurité DPS a comme client le Dr Joost Opperman, un chercheur en recherche moléculaire qui a travaillé pour le Projet Coast, puis a émigré après avoir été auditionné et amnistié par la Commission de la vérité et de la réconciliation. Depuis 2012 à Zurich, il a repris ses recherches avec un laboratoire suisse pour mettre au point un médicament pour traiter les dépressions. Les gamins des townships constituent des cobayes humain permettant de tester cette molécule qui a été mélangée au tik dans le laboratoire installé dans la maison de la plage.
Brian Epkeen s’introduit clandestinement dans les locaux de la société DPS, découvre des mallettes de doses de drogue et des éprouvettes d’échantillons de sang. Il dérobe un disque dur qu’il s’empresse de consulter et de dupliquer.

Sur indication de son amie Mahimbo, Josephina, la mère d’Ali Sokhela se rend à l’église de Lengezi dans le township où la bonne du prêtre tient une soupe populaire. Elle va découvrir la bonne assassinée. Cat, chargé d’effacer les traces de tous les témoins de l’opération, la tuera à son tour.
Ali Sokhera n’arrivera à l’église de Lengezi que pour y découvrir le charnier des adolescents disparus et le cadavre de sa mère chérie.

De Beer, déterminé à récupérer les données volées dans ses locaux par Brian, prend en otage Ruby, l’ex-femme d’Epkeen et son mari Rick dans leur villa de Klaasens Road dans le quartier de Bishopscourt. Brian Epkeen restitue le disque dur et De Beer quitte les lieux après avoir tué Rick qui cherchait à marchander sa survie. Promis à être aussi liquidés, Brian Epkeen et Ruby réussissent toutefois à en réchapper.

Ali Sokhela puis Brian Epkeen reprendront la poursuite de De Beer et d’Opperman.
Cette traque les mènera dans une ferme de Namibie, en plein désert. Ali Sokhela, mu par la vengeance, liquidera tous les gardes présents dont Cat. Brian Epkeen capture et arrête De Beer tandis qu’Ali Sokhela poursuit à pied jusqu’au matin Opperman dans le sable des dunes du désert jusqu’à l’achever avant de mourir lui-même.

À son retour au Cap, Brian Epkeen enterre Ali Sokhela, réintègre le SAPS (South African Police Service). Il aspire à un nouveau départ dans sa vie en renouant avec son fils David et en faisant graver la pierre tombale de son père.

Fiche technique

Distribution

  • Orlando Bloom (V. F. : Rémi Bichet) : Brian Epkeen
  • Forest Whitaker (V. F. : Daniel Lobé) : Ali Sokhela
  • Conrad Kemp (V. F. : Jérôme Cachon) : Dan Fletcher
  • Inge Beckmann (V. F. : Rafaèle Moutier) : Ruby, ex-femme de Brian Epkeen
  • Tinarie Van Wyk-Loots (en) (V. F. : Julia Vaidis-Bogard) : Claire Fletcher, épouse de Dan Fletcher
  • Regardt Van Den Bergh (af) (V. F. : Georges Claisse) : Frank De Beer
  • Randal Majiet (V. F. : Christophe Lemoine) : Cat
  • Patrick Lyster (V. F. : Patrick Messe) : Dr. Joost Opperman
  • Joelle Kayembe (V. F. : Georges Claisse) : Zina, danseuse
  • Tanya van Graan (en) (V. F. : Céline Mauge) : Tara
  • Danny Keogh (en) (V. F. : Nicolas Marié) : Kruger patron police
  • Christian Benett (V. F. : Diouc Koma) : Stan Kwalana
  • Iman Isaacs (V. F. : Julie Dumas) : Janet, assistante de police
  • Nomhle Nkoyeni : Josephina, mère d’Ali Sokhela
  • Denise Newman (V. F. : Elisabeth Wiener) : Shebeen Queen
  • Sven Ruygrok (V. F. : Brice Ournac) : David Epkeen
  • Dean Slater (V. F. : Gérard Darier) : Rick van der Westhuizen, mari de Ruby
  • Oscar Petersen : Captain Adams
  • Khulu Skenjana : Themba
  • Chuma Spotela : Maia
  • Wiseman Sithole : Dispensary Doctor
  • Thenjiwe Stemela : Myriam
  • André Roothman (af) : Tony Montgomery
  • Garth Collins : Stewart Weitz
  • Adrian Galley (V. F. : Patrick Raynal) : Nils Botha, ancien rugbymen
  • Natasha Loring (VF : Claire Morin) : Marjorie, copine de David Epkeen
  • Roxanne Prentice (VF : Claire Morin) : Judith Botha, fille du rugbyman
Source et légende : Générique - Version française (V. F.) selon le générique et la bande annonce[5] et sur AlloDoublage[6]

Production

Développement

Auditions

L'acteur principal Orlando Bloom à la première du film au Festival de Cannes 2013.
L'acteur principal Orlando Bloom à la première du film au Festival de Cannes 2013.

Les médias annoncent en , Orlando Bloom et Djimon Hounsou interprèteront les policiers Brian Epkeen et Ali Sokhela [7]. Djimon Hounsou est remplacé par Forest Whitaker en [8].

Tournage

Le tournage est initialement prévu à partir de la mi-[9] ; l'équipe de la production et le réalisateur s'envolent pour Le Cap en Afrique du Sud où le tournage débute finalement fin [8].

Réception

Accueil critique

Lors de sa sortie en salles, Zulu rencontre un accueil favorable des critiques, avec une note moyenne de 3,25 sur le site AlloCiné, pour 16 titres de presse[10].

Box-office

Distribué dans 243 salles, Zulu occupe la cinquième place du box-office français avec 137 545 entrées la semaine de sa sortie[11]. Il reste dans le top 20 hebdomadaire les deux semaines suivantes avec un total de 249 566 entrées [11]. Après sept semaines à l'affiche, Zulu finit son exploitation avec 279 056 entrées [11]. À l'international, il rapporte 2 621 496 $ de recettes[12].

Distinction

Récompenses

Sélection

Notes et références

Notes

  1. La motivation du CNC pour la classification de Zulu est la suivante : « Pour la version courte de ce film, la commission propose une interdiction aux mineurs de moins de douze ans, sans toutefois l'assortir de l'avertissement proposé pour la version longue. Cette interdiction est motivée par la présence de scènes particulièrement violentes et susceptibles de choquer un jeune public »

Références

{{bottomLinkPreText}} {{bottomLinkText}}
Zulu (film, 2013)
Listen to this article