cover image

Al-Andalus

dans l'historiographie, les territoires de la péninsule Ibérique sous domination musulmane entre 711 et 1492 / De Wikipedia, l'encyclopédie libre

Cher Wikiwand IA, Faisons court en répondant simplement à ces questions clés :

Pouvez-vous énumérer les principaux faits et statistiques sur Al-Andalus?

Résumez cet article pour un enfant de 10 ans

AFFICHER TOUTES LES QUESTIONS

Al-Andalus (en arabe : الأندلس ; en berbère : ⵍⴰⵏⴷⴰⵍⵓⵙ[4] ; en espagnol : Al-Ándalus ; en portugais : al-Ândalus) est l'ensemble des territoires de la péninsule Ibérique et certains du Sud de la France[5],[Note 1] qui furent, à un moment ou un autre, sous domination musulmane[6],[7] entre 711 (premier débarquement) et 1492 (prise de Grenade)[7],[8],[Note 2],[10]. L'Andalousie actuelle, qui en tire son nom, n'en constitua longtemps qu'une petite partie[11].

Al-Andalus
(ar) الأندلس
(ber) ⵍⴰⵏⴷⴰⵍⵓⵙ
(es) Al-Ándalus
(pt) al-Ândalus

711  1492

Al-Andalus732.svg
Émirat du Califat omeyyade : extension maximale d'Al-Andalus vers 732.
Califato_de_C%C3%B3rdoba_-_1000-en.svg
Califat de Cordoue vers l'an 1000.
P%C3%A9ninsule_ib%C3%A9rique_en_1144.png
Émirat almoravide vers 1144.
P%C3%A9ninsule_ib%C3%A9rique_en_1195.png
Califat almohade et taïfas almoravides vers 1195.
Informations générales
Capitale Cordoue (929–1031)
Séville (1147–1162)
Cordoue (1162–1163)
Séville (1163–1248)[1]
Grenade (1248-1492)
Langue(s) Arabe (officiel et véhiculaire)[2],[3].
Religion Officielle : Islam sunnite.
Monnaie Dinar
MA_Sal%C3%B3n_de_Abd_al-Rahman_III_%28Sal%C3%B3n_Rico%29.jpg
Arcs de style omeyyade dans la grande salle de Madinat al-Zahra, construite pour être le centre du pouvoir pendant la période du califat.
Patio_de_los_Arrayanes_Alhambra_03_2014.jpg
Le patio de los Arrayanes (la « cour aux myrtes »), palais de l'Alhambra à Grenade, aujourd'hui en Espagne dans la communauté autonome d'Andalousie.

Le terme d'Al-Andalus recouvre des entités politiques très différentes dans le temps. Après la conquête Omeyyade du royaume wisigoth, Al-Andalus, alors dans sa plus grande étendue en 731, fut d'abord une province du califat initiée par le calife Al-Walid I (711-750) et divisée en cinq unités administratives. En 750, la province s'émancipe du Califat abbasside et devient l'Émirat de Cordoue, un émirat Omeyyade indépendant fondé en 756 par Abd al-Rahman I et qui devient après une première fitna le Califat de Cordoue, proclamé par Abd al-Rahman III en 929, ouvrant alors une période qui correspond à l'apogée d'Al Andalus.

Ravagé par la guerre civile opposant arabes et berbères à partir de 1009, le Califat de Cordoue prend fin en 1031 après plus de 300 ans de domination omeyyade et se fragmente en royaumes rivaux fragilisés (taïfas) et menacés au nord par les forces chrétiennes. Après la première période de taïfas, Al-Andalus devient la partie ibérique d'empires fondamentalement maghrébins avec la domination almoravide (1085-1145), la deuxième période de taïfas (1140-1203) et la domination almohade (1147-1238). Cette situation prend fin avec la troisième période de taïfas (1232-1287) et la réduction d'Al-Andalus à l’émirat nasride de Grenade (1238-1492), vassal du royaume de Castille.

Par sa logique d'empire et sa richesse, et bien que situé en terre d'islam (en arabe : دار الإسلام), il abrite des populations aux origines et aux croyances multiples : les Arabes, les Berbères, les Muladis (convertis à l'Islam) ainsi que les Saqaliba sont majoritaires, mais y vivent aussi des juifs ainsi que des chrétiens que l'on nomme « mozarabes ». Cette diversité n'est pas un pluralisme stabilisé et présente au contraire un caractère très dynamique dépendant de lieux, de situations et d'époques. La société d'Al-Andalus tend vers une homogénéisation à partir du XIIe siècle.

La péninsule Ibérique sous domination musulmane connaît un apogée culturel à l'époque du Califat de Cordoue marqué par un équilibre entre puissance politique et militaire, richesse et éclat de la civilisation[12]. Dès le Xe siècle, Cordoue est un foyer intellectuel qui accueille érudits musulmans et juifs du monde islamique, développe sciences, arts et philosophies, réalise des œuvres architecturales majeures et produit un important corpus littéraire[12]. La culture andalouse renaît plusieurs fois des nombreux bouleversements politiques qui secouent ces territoires, mais à partir du XIIIe siècle, le tableau général est celui d'une lente mais profonde décadence qui s'achève par la prise de Grenade en 1492.

La présence d'Al-Andalus, territoire sous domination musulmane en Europe, a focalisé de nombreux débats, des récupérations politiques, et a engendré plusieurs mythes à plusieurs époques, où Al-Andalus est singulièrement séparé du monde médiéval européen comme du monde islamique classique.

Noroeste_da_Pen%C3%ADnsula_Ib%C3%A9rica_na_T%C3%A1bula_Rogeriana_ou_Grande_Atlas_de_al-Idrisi_%28original%2C_1154%3B_transcri%C3%A7om%2C_1926%29.jpg
D'après Al Idrissi, carte d'Al Andalus (1154)
Universal_Map_2%2C_Al-Idrisi_%281100-1165%29.jpg
Al Idrissi, Carte du monde connu (1154)

Oops something went wrong: