Carl Barks - Wikiwand
For faster navigation, this Iframe is preloading the Wikiwand page for Carl Barks.

Carl Barks

Certaines informations figurant dans cet article ou cette section devraient être mieux reliées aux sources mentionnées dans les sections « Bibliographie », « Sources » ou « Liens externes » (décembre 2018). Vous pouvez améliorer la vérifiabilité en associant ces informations à des références à l'aide d'appels de notes.
Carl Barks
Carl Barks lors d'une visite en Finlande, en 1994
Biographie
Naissance
Décès
(à 99 ans)
Grants Pass (Oregon)
Nationalité
Activités
Conjoint
Pearl Emmeline Turner (de 1921 à 1930, date du divorce)
Clara Balken (de 1938 à 1951, date du divorce)
Margaret Wynnfred Williams (de 1954 à 1993, date de la mort de Margaret)
Autres informations
A travaillé pour
Distinctions
Œuvres principales
Balthazar Picsou, Géo Trouvetou, Donald Duck Finds Pirate Gold (d), Donald Duck and the Mummy's Ring (d), Miss TickVoir et modifier les données sur Wikidata
signature

Carl Barks est un auteur de bande dessinée et un scénariste de films d’animation américain né le à Merrill (Oregon) et mort le à Grants Pass (Oregon). Employé par Western Publishing[1], un éditeur de comics américains pour Disney, il dessine pendant de nombreuses années des bandes dessinées mettant en scène le personnage de Donald Duck et ses proches.

Il a grandement étoffé l'univers de Donaldville, en créant notamment Balthazar Picsou et la plupart des personnages qui s'y rapportent. Jusqu'à Don Rosa, Marco Rota et Romano Scarpa, aucun auteur Disney n'a eu droit à autant de popularité que lui. Beaucoup de dessinateurs contemporains de BD Disney reconnaissent son influence.

Biographie

Jeunesse

Carl Barks est né le 27 mars 1901 à Merrill dans l'État de l'Oregon aux États-Unis dans une famille de cultivateurs. Après un déménagement en 1908 pour se rapprocher d'une ville sur la voie ferrée, il découvre les marchés ruraux et reste impressionné par les cow-boys et leurs revolvers. Après un échec financier du père dans l'exploitation des légumes en Californie, la famille retourne en 1913 à Merrill.

De caractère solitaire et renfermé, l'année 1916 apporte des malheurs qui vont renforcer ces traits de caractère : la mort de sa mère, l'aggravation de ses problèmes d'audition et l'éloignement des écoles et collèges dans cet espace rural où il vit. Il est contraint d'abandonner ses études cette année-là.

Une période difficile

Il s'essaye à plusieurs emplois : fermier, bûcheron, gardien de mules et de vaches, imprimeur. Il déclare plus tard que cette période difficile lui a appris à résister à tous les coups durs par l'humour. Carl Barks assure que cette partie de sa vie a beaucoup influencé le caractère de ses futurs personnages Donald et Picsou. Donald est en effet un personnage qui passe de petit boulot en petit boulot sans jamais avoir de succès (et quand il en a ça se finit mal tout de même).

Barks déclare sur Picsou que son personnage a vécu dans sa jeunesse les mêmes problèmes que Donald, mais a réussi à s'en sortir par l'intelligence, la détermination et le travail. Picsou s'acharne à régler ses problèmes même si le résultat peut sembler futile. Barks déclare aussi que le caractère mélancolique, introspectif et secret de Picsou est inspiré du sien.

Débuts en tant que dessinateur

Barks se décide alors de faire d'un passe-temps son métier : dessiner. Il adore les comic strips publiés dans les journaux, en particulier ceux signés Winsor McCay (connu pour Little Nemo) et Frederick Burr Opper (Happy Hooligan). Il reçoit alors quelques leçons de dessins par correspondance.

Il épouse en 1921 Pearl Turner (1904-1987) dont il a deux filles, Peggy (1923-1963) et Dorothy (1924-2014), et dont il divorce en 1930. Il retourne en 1933 à Merril dans la ferme paternelle et échoue à nouveau à lancer une carrière de fermier. Entre les petits boulots, il continue à essayer de vendre ses dessins aux journaux et finit par réussir dans le magazine Judge et le quotidien Calgary Eye Opener dont les bureaux sont à Minneapolis (Minnesota) où il emménage et rencontre sa deuxième femme, Clara Balken (épousée en 1938).

Débuts chez Disney

En 1935, il commence à vendre ses dessins à d'autres journaux que le Calgary Eye Opener. En , il apprend que Walt Disney recherche des dessinateurs d'animation. Il entre dans la compagnie plus d'un an après la création du personnage auquel il est le plus lié, Donald Duck créé en .

Il déménage à Los Angeles et commence comme intervalliste[2] : il dessine tous les dessins répétitifs nécessaires pour créer l'animation. En 1936, ses qualités lui permettent d'intégrer le département des scénarios, où son imagination peut s'exprimer efficacement.

En 1937, Donald Duck devient le héros unique de ses aventures cinématographiques. Il ne sert plus de faire-valoir à Mickey Mouse. Barks se contente au début de fournir quelques pistes d'histoires, puis obtient le droit d'écrire ses propres histoires. Il figure entre autres au générique de Les Neveux de Donald (Donald's Nephews, 1938), Le cousin Gus (Donald's Cousin Gus, 1939), Timber en 1941 (« Timber » est le cri des bûcherons quand un arbre chute), The Vanishing Private, 1942 (un des épisodes de propagande de Donald soldat, « private » - ou « simple soldat » - dans l'armée américaine) et The Plastics Inventor (1944). Il soumet également quelques idées de gags pour les bandes quotidiennes Donald. Il s'agit de ses premières contributions en bandes dessinées Disney[3].

Capable d'une grande colère quand son travail est critiqué, Barks démissionne des studios Disney en 1942. Juste avant, il dessine avec Jack Hannah le premier album de Donald (comic book) sur un scénario de Bob Karp : L'or des pirates (Donald Duck Finds Pirate Gold)[2]. Le thème de la chasse au trésor par Donald et ses neveux est lancé et sera exploité par plusieurs générations de dessinateurs, le meilleur exemple étant Don Rosa.

Barks est engagé par l'éditeur de L'or des pirates, Western Publishing. Contrairement à son souhait de travailler sur ses propres créations, on lui confie les histoires de Donald Duck, mais il obtient le droit de tout faire seul : scénario et dessins. La première des cinq cents histoires de Barks pour Western Publishing est The Victory Garden (10 pages, avril 1943) dans laquelle Donald tente de protéger son jardin de corbeaux.

Un auteur prolifique

Pendant trois décennies, Barks ne cesse d'écrire et de dessiner autour du canard Donald. Il crée notamment Picsou le canard le plus riche du monde en 1947 avec l'histoire Noël sur le mont Ours (Christmas on Bear Mountain)[2], Gontran Bonheur le canard le plus chanceux du monde, l'inventeur Géo Trouvetou, la sorcière Miss Tick, les Rapetou, l'organisation des Castors Juniors et le voisin Lagrogne. Tous ces personnages sont encore utilisés aujourd'hui.

Bien que les histoires sous licence Disney paraissent sans le nom de l'auteur, et juste accompagnées d'un numéro de série, les lecteurs remarquent qu'un même auteur réalise de nombreuses et populaires histoires de canards. Ils l'appellent « Good Duck Artist », avant qu'il ne sorte de l'anonymat : Carl Barks. Ce qui plaisait (et plaît encore dans ses histoires rééditées régulièrement) est l'humour omniprésent et des dessins en ligne claire tournés vers l'action.

Divorcé de sa deuxième femme Clara Balken en 1951, Barks épouse en 1954 Margaret « Garé » Wynnfred (1917-1993), artiste paysagère.

Arrêt relatif de travail

Retraité en 1966, Barks obtient l'autorisation exceptionnelle de Disney de peindre des tableaux à l'huile représentant ses personnages. Face au succès de ses peintures et de ses histoires, il reste souvent modeste en disant qu'il avait ce métier pour gagner de quoi vivre, rien de plus. Il est sollicité pour sortir brièvement de sa retraite en écrivant des scénarios des Castors Juniors ainsi que quelques autres aventures de Donald et Picsou, qui sont dessinés par d'autres que lui.

En 1970, l'historien Les Daniels annonce dans son histoire du comics Comixs : A History of Comic Books in America le nom de Carl Barks aux fans de bandes dessinées[4].

Reconnaissance en fin de vie

Carl Barks au San Diego Comic Con en 1982 (photographie d'Alan Light).
Carl Barks au San Diego Comic Con en 1982
(photographie d'Alan Light).

En 1994, âgé de 93 ans, Barks entreprend un long voyage en Europe afin de rencontrer les nombreux fans des canards qu'il a créés[2].

Carl Barks meurt à 99 ans, le , d'une leucémie.

Œuvres

Quelques histoires célèbres de Barks

Sans compter les gags, Barks a créé plus de 450 histoires, dont la quasi-totalité fut traduite en France. Auteur prolifique, voici une liste non exhaustive de son œuvre :

  • Noël sur le mont Ours, Christmas on Bear Mountain, décembre 1947 . Première apparition de Picsou.
  • Le Secret du vieux château, The Old Castle's Secret, juin 1948.
  • Bombie le zombie, Voodoo Hoodoo, mars 1949.
  • Perdus dans les Andes !, Lost in the Andes, avril 1949, avec les fameux œufs carrés.
  • Sur les traces de la Licorne, Trail of the Unicorn, septembre 1949.
  • Au pays des totems, Land of the Totem Poles, septembre 1949.
  • La Lettre du Père Noël, Letter to Santa, novembre 1949.
  • Le sablier magique, The Magic Hourglass, 16 mars 1950.
  • Dettes à la diète, Billions to Sneeze At[5], janvier 1951.
  • Retour en Californie, In Old California, mai 1951.
  • Noël à Pauvreville, A Christmas for Shacktown, janvier 1952.
  • Pauvre vieil homme pauvre…, Only a Poor Old Man, mars 1952.
  • Donald et le Casque d'Or (en), The Golden Helmet, juillet 1952.
  • Retour au Klondike, Back to the Klondike, mars 1953.
  • Le Mystère des Menehunes, The Menehune Mystery, mai 1953.
  • Les Mystères de l'Atlantide (en), The Secret of Atlantis, juillet 1953.
  • Des capsules pour Tralla La, Tralla La, juin 1954.
  • Les sept cités de Cibola, The Seven Cities of Cibola, septembre 1954.
  • La Fabuleuse Pierre Philosophale (en), The Fabulous Philosopher's Stone, octobre 1954.
  • À la recherche de la Toison d'or, The Golden Fleecing, juin 1955.
  • La couronne perdue de Gengis Khan, The Lost Crown of Genghis Khan!, novembre 1955.
  • Picsou contre Gripsou (en), The second-richest Duck, février 1956.
  • Une affaire de glace, A Cold Bargain, août 1956.
  • Les mines du roi Salomon, The Mines of King Solomon, février 1957.
  • Un puits de dollars, The money well, mars 1958.
  • Sur la piste des conquistadors, The Prize of Pizarro, août 1958.
  • Le Trésor du Hollandais volant, The Flying Dutchman, mars 1959.
  • Pêche aux perles, Deep Down Doings, juillet 1961.
  • Sous le signe de Midas, The Midas Touch, septembre 1961. Première apparition de Miss Tick et de Miss Frappe. Son premier sou est nommé pour la première fois "vieux Sou numéro un"[6].
  • Un rubis pour la haute, The Status Seeker, mai 1962.
  • Au nord du Yukon, North of the Yukon, septembre 1965.

Filmographie

Barks a, au début de sa carrière, participé à quelques cartoons des studios Disney.

Personnages créés par Barks

Barks a participé à l'élaboration de Gus Glouton et Daisy Duck (qu'il n'a jamais aimée et dont il ne revendiquait pas la paternité) pour leurs dessins animés respectifs Le Cousin de Donald (1939)[7] et L'Entreprenant M. Duck (1940). Il est le créateur de Donaldville (Duckburg).

Postérité

Les histoires de Carl Barks ont permis d'assurer la popularité de Donald Duck et des autres personnages de Donaldville dans de nombreux pays, notamment Balthazar Picsou, la plus populaire de ses créations. Elle dépasse ainsi en notoriété celle de Mickey Mouse, personnage fétiche de Disney, en Scandinavie.

Les dessinateurs européens de la branche italienne des éditions Disney ont utilisé le cadre laissé par Barks en modernisant le décor. Le personnage de Flairsou a été utilisé comme ennemi principal de Picsou, alors que son créateur Barks l'avait employé dans une seule histoire, tandis que Gripsou sera relativement délaissé, bien que Barks l'ait utilisé plus souvent. Barks a rencontré l'auteur italien Romano Scarpa en 1975 dans les locaux de Burbank de Disney. Lors de leur discussion, Barks s'est dit intéressé par la personnalité du personnage Brigitte McBridge, créé par l'italien, et sa relation avec Picsou (une opportuniste folle amoureuse du « canard le plus riche du monde »). Plus tard, il lui envoya un dessin représentant Picsou ensorcelé par Brigitte grâce à un parfum émanant l'odeur de l'argent. Appréciant l'idée, Scarpa décide de l'exploiter dans une de ses histoire[8].

À partir de 1986, un dessinateur américain, Don Rosa a décidé de créer des histoires de Donald et Picsou qui se veulent dans la continuité de l'univers de Carl Barks (au point de les placer chronologiquement dans les années où Carl Barks travaillait, c'est-à-dire avant 1967). À partir de quelques indications sur le passé de Picsou (généralement des flashbacks servant à introduire une nouvelle aventure), Don Rosa dessina la Jeunesse de Picsou, œuvre titanesque récompensée 2 fois. Don Rosa fera de toute son œuvre un hommage à Barks.

Prix et récompenses

Posthume

Notes et références

  1. M. Evanier, 2007
  2. a b c et d (en) Dave Smith, Disney A to Z: The Updated Official Encyclopedia, p. 47
  3. Premier gag connu publié le 25 mai 1938 (en) Base INDUCKS : YD 38-05-25A Hole In One.
  4. (en) Mark Arnold, Frozen in Ice : The Story of Walt Disney Productions, 1966-1985, p. 81.
  5. (en) Base INDUCKS : W US 36-01Billions to Sneeze At Il est paru aussi sous le nom de Donald milliardaire par intérim
  6. (en) Base INDUCKS : W US 36-01The Midas Touch
  7. Gus Glouton était déjà sorti dans des comic strips de Bob Karp et Altaliafero en 1938 mais l'élaboration du personnage pour l'animation se faisait en parallèle.
  8. Informations venant de l'ouvrage La dynastie Donald Duck Tome 18, Glénat, (ISBN 9782344010457), p112 Préface de Picsou et les trésors des îles Bananias.
  9. Sébastien Naeco, « Retour sur les prix d’Angoulême », sur Le Comptoir de la BD, blog journaliste Le Monde,

Annexes

Bibliographie

  • (en) Thomas Andrae, Carl Barks and the Disney Comic Book : Unmasking the Myth of Modernity, Jackson, University Press of Mississippi, , 306 p. (ISBN 1-57806-858-4).
  • Donald Ault (en), Carl Barks Conversations, Jackson, University Press of Mississippi, 2003 (fiche sur Inducks). Ault, professeur d'anglais de l'université de Floride a compilé plusieurs entretiens que Barks a eu avec différents intervenants entre 1962 et 2000.
  • Michael Barrier, Carl Barks and the Art of Comic Book, États-Unis, 1981 (fiche sur Inducks). Le livre se compose d'une biographie et d'une étude de l'œuvre de Barks, et d'une bibliographie très fouillée.
  • Erik Svane, « Entretien Carl Barks », SWOF, n° 27, printemps 1999, p. US6-10, suivi de nombreux articles (« Sur les traces de Carl Barks », « Les canards les plus humains de la BD », « Disney enfantin ? »).
  • Dossier Neuvième Art, numéro 9, octobre 2003 :
    • Manuel Hirtz, « Donald fait le tour du monde », Neuvième Art, no 9,‎ , p. 19-21
    • Patrick Marcel, « L'horlogerie du merveilleux : Carl Barks et le fantastique », Neuvième Art, no 9,‎ , p. 22-25
    • Jean-Paul Jennequin, « Donald dans tous ses états », Neuvième Art, no 9,‎ , p. 26-29
    • Harry Morgan, « Un sou est un sou : Carl Barks et l'économie », Neuvième Art, no 9,‎ , p. 30-37

Liens externes

{{bottomLinkPreText}} {{bottomLinkText}}
Carl Barks
Listen to this article