Conrad Poirier - Wikiwand
For faster navigation, this Iframe is preloading the Wikiwand page for Conrad Poirier.

Conrad Poirier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Conrad Poirier
Conrad Poirier en avril 1939.
Naissance
Montréal, Québec, Canada
Décès (à 55 ans)
Montréal-Ouest, Québec, Canada
Nationalité
Canada
Profession
Formation
Autodidacte
La rue Sainte-Catherine photographiée par Conrad Poirier en 1937
La rue Sainte-Catherine photographiée par Conrad Poirier en 1937

Conrad Poirier (né à Montréal le - mort le à Montréal-Ouest) est un photographe québécois, pionnier du photojournalisme au Québec[1].

Biographie

Photographe autodidacte, Poirier commence sa carrière en 1932[2]. En février 1933, il obtient de la Canadian School of Electricity un diplôme de radio-technicien.[3] Il reçoit Grâce au Speed Graphic, un appareil qui utilise une pellicule 4 X 5, Poirier capte des images des événements sportifs et culturels de Montréal[1]. De plus, il photographie de nombreuses personnalités québécoises connues de l'époque[1]. Il est journaliste pigiste et vend ses photos aux grands quotidiens[2] : The Gazette, Montreal Standard, La Patrie, La Presse[1]. Ses clients se recrutent parmi une trentaine de maisons de presse tant francophones qu'anglophones au Canada[1].

La ville au quotidien

Sur trente années de métier, il inscrit sur du papier argenté le rythme de la ville de Montréal, alors à l'époque la métropole du Canada[1]. Poirier est photographe de tous les événements mondains. Il est dans la rue, dans les gradins des arénas de hockey[4], au stade de Baseball, dans les meetings politiques électoraux, et ce sans les supports techniques du studio de photo[2]. Il cadre et enregistre sur pellicule la vitalité des montréalais dans leur vie quotidienne[1]. Les historiens d'art disent que Poirier fait de la photographie sociale avant l'heure[2]. La vision directe de l’œuvre de Poirier documente sur l'époque[1].

Son œuvre est préservée dans le fonds Conrad Poirier à BAnQ Vieux-Montréal. Bibliothèque et Archives nationales du Québec conserve ainsi plus de 23 460 photographies : 22 921 négatifs sur pellicule et 539 épreuves n&b en plus de textes écrits par Poirier lui-même et des coupures de presse[2]. Fait cocasse : vers la fin des années 1990, environ 1 000 négatifs attribués à Conrad Poirier sont retrouvés par un hasard à la Cinémathèque québécoise, ayant sans doute été égarés[2]. À la suite de l'identification des négatifs par des spécialistes, la Cinémathèque québécoise les donne aux Archives nationales du Québec, devenue Bibliothèque et Archives nationales du Québec[2].

Refus de la technique

Au cours de ses trente années de carrière photographique, Conrad Poirier n'est pas un assidu des studios et des dernières innovations techniques[1]. Il possède sa chambre noire et utilise toujours le même appareil 4 X 5 muni d'un porte négatif unique[1]: Poirier doit donc toujours planifier ses prises de vue[1]. Mais il manipule avec aisance ce type d'appareil et même en devient un maître.

Vie personnelle

Les historiens d'art possèdent peu d'information sur sa vie personnelle, si ce n'est une réputation d'excentricité[2]. Chez lui à Montreal-ouest, il collectionne les films américains, les disques de jazz et les magazines populaires[1]. Il construit au grenier de sa maison de Montreal-ouest, une salle de projection où il invite des amis et des collègues photographes[1]. Grâce à son souci du classement[N 1], son œuvre photographique a pu être conservée[2].

Poirier semble avoir délaissé la photographie au cours des dernières années de sa vie. Souffrant d'obésité, il meurt dans la pauvreté et la misère humaine, le 12 janvier 1968 à Montréal-Ouest, à l'âge de 55 ans[2]. Son décès serait dû à une thrombose coronarienne athérosclérose[5].

Honneurs et distinctions

Les lieux de divertissement populaire des Montréalais (le Parc Belmont, le Stade Delorimier, les foules du Forum de Montréal, les soirées au chalet de la Montagne sur le Mont-Royal, les plages publiques de l'Île Sainte-Hélène et de Ville Lasalle), font l'objet de plusieurs reportages photographiques de Poirier dans lesquels il se mérite de nombreux prix[1]: Grand prix national Canadien, Prix de la Presse Canadienne, Prix de l'association des photographes du Canada[2].

À l'hiver 2019, une exposition hommage au travail de Poirier est montée afin de souligner l'entrée au domaine public de son travail[6]. Cette exposition photo est sous licence CC0 et peut donc être reprise gratuitement de par le monde. Le photojournaliste Jacques Nadeau a souligné la qualité de cette exposition[7].

Notes et références

Notes

  1. Poirier collectionne soigneusement tous ses négatifs classés dans des enveloppes bien identifiés avec des notes sur chaque événement. Source de référence: Archives nationales du Québec et Michel Lessard, Montréal au XXe siècle, regards de photographes

Références

  1. a b c d e f g h i j k l m et n (fr) Michel Lessard et collectif d'auteurs, Montréal au XXe siècle, regards de photographes, Éditions de l'Homme, Montréal 1995, 335 pages, (ISBN 978-2761912389)
  2. a b c d e f g h i j et k (fr) Archives Nationales du Québec
  3. « Friends and Family. Radio Diploma », sur BAnQ numérique, (consulté le 19 janvier 2019)
  4. (en) The Early And Rare Canadiens Photography Of Conrad Poirier
  5. « Procès-verbal du coroner » (1968) [Papier]. Fonds : Cour des sessions de la paix; Série : Greffe de Montréal; Sous-série : Enquêtes du coroner; Cote : TP12,S2,SS26,SSS1 Dossier 208. Montréal : BAnQ Vieux-Montréal, Bibliothèque et Archives nationales du Québec. (présentation en ligne)
  6. Jean-François Nadeau, « Hommage à Conrad Poirier, pionnier du photojournalisme au Québec », sur Le Devoir, (consulté le 3 juillet 2019)
  7. Louis-Philippe Ouimet, « Conrad Poirier, un pionnier du photojournalisme », sur Radio-Canada, (consulté le 3 juillet 2019)

Bibliographie

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.:

  • (fr) Michel Lessard, et collectif d'auteurs, Montréal au XXe siècle, regards de photographes, Éditions de l'Homme, Montréal 1995, 335 pages.Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • (fr) Conrad Poirier, Le Montréal des années '40, Ministère des affaires culturelles, Archives nationales du Québec, 1988, 23 pages.Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • (fr) Consultation du Fonds Conrad Poirier (P48), Bibliothèque et Archives nationales du Québec .Document utilisé pour la rédaction de l’article

Voir aussi

Sur les autres projets Wikimedia :

Lien interne

Lien externe

{{bottomLinkPreText}} {{bottomLinkText}}
Conrad Poirier
Listen to this article