Les Fleurs du mal

unique recueil de poèmes en vers de Charles Baudelaire / De Wikipedia, l'encyclopédie libre

Les Fleurs du mal est un recueil de poèmes de Charles Baudelaire, reprenant la quasi-totalité de sa production en vers de 1840 jusqu'à sa mort, survenue fin août 1867.

Quick facts: Auteur , Pays , Genre , Éditeur , Lieu de par...
Les Fleurs du mal

Frontispice de la première édition des Fleurs du mal annotée par Baudelaire.

Auteur Charles Baudelaire
Pays France
Genre Poésie lyrique
Éditeur Auguste Poulet-Malassis
Lieu de parution Alençon
Date de parution
Chronologie
Close

Publié le , le recueil scandalise aussitôt la société française. Son auteur subit un procès retentissant. Le jugement le condamne à une forte amende, réduite sur intervention de l'Impératrice ; il entraîne la censure de six pièces jugées immorales.

De 1861 à 1868, l'ouvrage est réédité dans trois versions successives, enrichies de nouveaux poèmes ; les pièces interdites paraissent en Belgique. La réhabilitation n'interviendra que près d'un siècle plus tard, en mai 1949.

Elle est considérée comme une œuvre majeure de la poésie moderne. Elle diffère d'un recueil classique où souvent, le seul hasard réunit des poèmes généralement disparates. Ici, les poèmes s'articulent avec méthode et selon un dessein précis. Les principaux thèmes sont :

  • la souffrance d'ici-bas considérée selon le dogme chrétien du péché originel, qui implique l'expiation ;
  • le dégoût du mal  et souvent de soi-même ;
  • l'obsession de la mort ;
  • l'aspiration à un monde idéal, accessible par de mystérieuses correspondances.

Nourrie de sensations physiques que la mémoire restitue avec acuité, l'œuvre exprime une nouvelle esthétique où l'art poétique juxtapose la palette mouvante des sentiments humains et la vision d'une réalité parfois triviale à la plus ineffable beauté. Elle exercera une influence considérable sur des poètes aux publications ultérieures, tels que Paul Verlaine, Stéphane Mallarmé[réf. nécessaire] ou encore Louis Aragon[1].

Illustration par Armand Rassenfosse pour Les Fleurs du Mal.