Lucius Varius Rufus - Wikiwand
For faster navigation, this Iframe is preloading the Wikiwand page for Lucius Varius Rufus.

Lucius Varius Rufus

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Lucius Varius Rufus
Biographie
Naissance
Décès
Nom de naissance
Lucius Varius RufusVoir et modifier les données sur Wikidata
Époque
Activités

Lucius Varius Rufus (vers 74 av. J.-C. - 14 av. J.-C.) est un poète romain.

Biographie

Proche de l'empereur Auguste et ami de Virgile et d'Horace[1], il est regardé comme bon poète et homme de goût. Ayant survécu à Virgile, il revoit et corrige l'Énéide avec Tucca, mais sans y rien ajouter.

Il est, comme Virgile, accueilli dans une communauté épicurienne au sud de l'Italie, présidée par les philosophes grecs, Siron et Philodème[1].

Son œuvre poétique aurait passé par trois phases distinctes. L'un de ses poèmes, intitulé De Morte (ca. à 44-43 av. J.-C.) est d'inspiration épicurienne. Par la suite, Lucius Varius Rufus s'est concentré sur l'épopée, souvent martiale. Un détour au milieu des années 30 l'aurait finalement rapproché à la tragédie[1].

Son œuvre la plus fameuse est la tragédie de Thyeste, comparée par Quintilien aux chefs-d'œuvre des Grecs, mais il ne nous en reste qu'une quinzaine de vers (dans le recueil de Maittaire). Les didascalies de cette pièce nous sont néanmoins parvenues et nous apprennent que la pièce a été représentée lors des jeux de 29 av. J.-C. célébrant la victoire d'Octave à Actium, et que Varius aurait reçu à cette occasion un million de sesterces de la part de ce dernier[2].

Dans le Dialogue des orateurs de Tacite, Curiatius Maternus (en) compare cet œuvre à la Médée d'Ovide. Quintilien la décrit comme comparable à n'importe quelle tragédie grecque, pendant que Philargyrius la qualifie de « la plus grande de toutes les tragédies » (omnibus tragicis praeferenda)[2].

Il pourrait avoir écrit des mémoires de Virgile, après la mort de celui-ci[1].

Bibliographie

  • Jean-Paul Boucher, « L'œuvre de L. Varius Rufus d'après Properce II,34 », Revue des Études Anciennes, t. 60, nos 3-4,‎ , p. 307-322 (lire en ligne).
  • (de) Eckard Lefèvre, Der Thyestes des Lucius Varius Rufus. Zehn Überlegungen zu seiner Rekonstruktion, Wiesbaden, , 48 p..

Notes et références

  1. a b c et d (en) A. S. Hollis, « Virgil’s Friend Varius Rufus », Proceedings of the Virgil Society, (consulté le 24 février 2021), p. 19-33
  2. a et b (en) Matthew Leigh, « Varius Rufus, Thyestes and the appetites of Antony1 », The Cambridge Classical Journal, vol. 42,‎ 1997/ed, p. 171–197 (ISSN 2053-5899 et 0068-6735, DOI 10.1017/S006867350000208X, lire en ligne, consulté le 26 février 2021)

.

{{bottomLinkPreText}} {{bottomLinkText}}
Lucius Varius Rufus
Listen to this article