Raymond Guyot - Wikiwand
For faster navigation, this Iframe is preloading the Wikiwand page for Raymond Guyot.

Raymond Guyot

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Certaines informations figurant dans cet article ou cette section devraient être mieux reliées aux sources mentionnées dans les sections « Bibliographie », « Sources » ou « Liens externes » (juin 2017). Améliorez sa vérifiabilité en les associant par des références à l'aide d'appels de notes.

Raymond Guyot
Fonctions
Député
1937 - 1940
1945 - 1958
Gouvernement IIIe République-IVe République
Groupe politique communiste
Sénateur
1959 - 1977
Gouvernement Ve République
Groupe politique communiste
Biographie
Date de naissance
Lieu de naissance Auxerre (Yonne)
Date de décès (à 82 ans)
Lieu de décès Paris
Parti politique PCF
Résidence Aube, Paris (Seine)

Raymond Guyot, né le à Auxerre (Yonne) et mort le à Paris, est un homme politique français, dirigeant du parti communiste français.

Il a occupé d'importantes fonctions dans l'appareil communiste international et a été membre du Bureau politique du PCF de 1945 à 1972. Il a également été élu député et sénateur.

Marié avec Fernande Ricol, il est le beau-frère de Lise Ricol, épouse d'Artur London.

Biographie

Enfance et jeunesse

Le père de Raymond Guyot était charretier et mourut d'un accident du travail un an après sa naissance. Raymond et son frère sont élevés par leur mère et la famille de son grand-père maternel, petits cultivateurs. À seize ans, après son brevet élémentaire, il travaille au bureau de la voie du PLM à Tonnerre et adhère la même année au syndicat des cheminots et aux Jeunesses socialistes. Licencié pour fait de grève, il trouve du travail à Troyes dans une maison d'alimentation. Après le Congrès de Tours, en 1921, il adhère aux Jeunesses communistes, dont il devient un ardent militant utilisant parfois le pseudonyme de Trotski. Il se lance dans le travail antimilitariste clandestin pour lequel il est condamné en août 1923 à quinze jours de prison de « provocation de militaires à la désobéissance ». Pendant son service militaire, il est condamné à soixante jours de prison dont quinze de cellule pour « activité militante ».

Après son service, il adhère au parti communiste et renonce à ses sympathies trotskistes pour se rallier à la ligne du Komintern. Fin 1925, remarqué pour son action dans l'Yonne et dans l'Aube, il est appelé à Paris et affecté au travail antimilitariste tout en occupant un emploi de comptable aux magasins du Louvre, où il crée un syndicat qu'il fait adhérer à la CGTU.

Responsable des Jeunesses communistes avant-guerre

Il est élu membre du Comité central des Jeunesses en 1927, et il se rend à Moscou en 1928 pour le congrès de l'Internationale communiste des Jeunes (ICJ). Il devient membre du comité exécutif de l'ICJ et secrétaire de la Fédération nationale des Jeunesses communistes, puis, en 1929, membre du comité central du PC. Après la publication dans La Caserne d'un article intitulé « Accentuez l'action de classe », il disparaît de son domicile pour échapper à la justice qui le condamne par défaut à deux ans de prison (1930).

Entre 1928 et 1931, Raymond Guyot fait partie du groupe de la jeunesse, aux côtés de Henri Barbé, Pierre Celor et Maurice Thorez. L'Internationale avait confié la direction du parti à ce groupe pour appliquer la politique dite « classe contre classe ». Lorsque l'Internationale change de politique, c'est lui qui est désigné par son représentant Eugen Fried pour dénoncer le groupe fractionnel Barbé-Celor.

Pendant deux ans, Raymond Guyot reste dans la clandestinité, notamment à Villejuif, ce qui ne l'empêche pas de continuer à assumer ses responsabilités à la tête des Jeunesses communistes. Il est finalement arrêté le 24 juin 1932 et fait un an de prison ferme. Une fois libéré, il joue toujours un rôle important dans les JC et dans l'appareil communiste international : membre titulaire du comité exécutif de l'IC, il devient secrétaire général de l'ICJ en 1935 et demeure à ce poste jusqu'en 1943. En 1937, il est élu député de Villejuif, en remplacement de Paul Vaillant-Couturier, décédé. Il alterne les séjours en France et en URSS.

En 1934, Raymond avait épousé Fernande Ricol, fille d'un vieux révolutionnaire espagnol et dont la sœur épousera le communiste tchèque Artur London, ancien des Brigades internationales.

La Seconde Guerre mondiale

En 1939, Raymond Guyot est en URSS au moment de la signature du pacte germano-soviétique. Il rentre en France le 20 septembre. On ne sait pas très bien s'il était porteur de directives de Dimitrov en direction du parti français. Mobilisé en décembre, il vient siéger à la Chambre le 10 janvier 1940 et reste assis avec 3 de ses camarades (Fernand Grenier, André Mercier et Charles Michels) lors de l'hommage adressé aux armées françaises. Déchu de ses fonctions le 24 janvier, il déserte et rejoint Moscou en passant par la Belgique.

Raymond Guyot est ensuite envoyé en mission en France : parti d'Arkangelsk en novembre 1941, bloqué un mois à Mourmansk, il arrive en Écosse en passant par l'Islande et il est enfin parachuté dans la région de Montpellier en compagnie de Daniel Georges, le frère de Pierre Georges, connu sous le nom de « colonel Fabien » et de Francine Fromond, militante de l'IC, formée pour être opératrice radio. Raymond Guyot et Francine Fromond gagnent Lyon, où Raymond Guyot sera un des principaux dirigeants du parti, pour la zone sud.

Après guerre

À la Libération, il reprend ses responsabilités tant au parti que dans la vie publique : membre titulaire du bureau politique du PCF de juillet 1945 (Xe congrès du PCF) jusqu'en décembre 1972 (XXe congrès du PCF), il demeure membre du comité central jusqu'en février 1985. Premier secrétaire de la fédération parisienne de juin 1946 jusqu'en 1956, délégué à l'Assemblée consultative provisoire (1944-1945), député de l'Aube le 21 octobre 1945, il est député du 3e secteur de Paris de 1946 à 1958, et sénateur de 1959 à 1977. En 1951-52, il joue un rôle important dans les manifestations de rues assez dures à cette époque (manifestation contre Ridgway par exemple).

En plus de son courage physique et de son sens de l'organisation, Raymond Guyot se signale par sa fidélité au PCF. En 1952, il participe à l'éviction de Charles Tillon et André Marty, n'hésitant pas à dénoncer ce dernier comme policier. En janvier 1953, il demande aux médecins français proches du parti de s'associer à la condamnation des médecins soviétiques impliqués dans le complot des blouses blanches.

En revanche, Raymond Guyot est intervenu auprès de Maurice Thorez et des autorités tchèques pour faire libérer son beau-frère Artur London devenu après guerre membre du gouvernement communiste tchécoslovaque et mis en cause, en 1951, lors du procès de Prague contre Rudolf Slánský, Vladimír Clementis et douze autres coaccusés. London est libéré en 1955 et autorisé à partir en France en 1963. Après la parution du film L'Aveu, très critiqué par la propagande communiste à la sortie du film, il s'abstient d'intervenir.

Tout au long de son livre caustique sur le Parti communiste français à l'époque stalinienne, « Schwartzenmurtz ou l'esprit de parti », l'écrivain Raymond Lévy, un communiste dissident, met en scène Raymond Guyot en apparatchik dénué de sens moral (au point de n'être pas intervenu pour soutenir son beau-frère Artur London), et prêt à suivre tout changement de ligne du Parti. Lévy conclut son livre par ces mots, que, dans un ultime revirement, lui aurait adressés Raymond Guyot en 1969, pour commenter la dénonciation par Artur London des crimes staliniens : « Il fallait que ces choses-là fussent dites enfin. ».

À partir de 1950, il anime une petite équipe clandestine chargée de la propagande parmi les appelés[1], qui diffuse notamment le journal Soldat de France[2] et, pendant la Guerre d'Algérie, encourage les rébellions contre les départs de rappelés en 1955. Il soutient les Soldats du refus, une quarantaine de communistes (dont son fils Pierre Guyot) qui acceptent la mobilisation mais refusent de combattre en Algérie. Il se soumet ensuite à la décision de couper court au mouvement prise par Maurice Thorez[3] qui invoque Lénine[4] : « Le soldat communiste part à toute guerre, même à une guerre réactionnaire pour y poursuivre la lutte contre la guerre. »

En 1961, Raymond Guyot participe au procès monté contre les « khrouchtcheviens français » Marcel Servin et Laurent Casanova, succédant à ce dernier comme représentant français au Conseil mondial de la paix.

En 1968, après l'invasion de la Tchécoslovaquie par les troupes soviétiques, Raymond Guyot est convoqué avec Gaston Plissonnier à l'ambassade d'URSS dans la nuit du 20 au 21 août 1968 pour être avisés de l'événement. Dix ans plus tard, dans un article publié dans L'Humanité, Guyot écrit :

« la plaie ouverte jusqu'au plus profond du mouvement communiste et ouvrier international reste béante. »

Famille

Son fils Pierre Guyot, membre du PCF lui-aussi, réfractaire à la guerre d'Algérie, fut condamné à deux ans de prison. Responsable de la CGT à Saint-Ouen, et conseiller municipal en 1968, il témoigne dans le film Reprise d'Hervé Le Roux.

Notes et références

  1. Marc Giovaninetti, « Le Parti communiste français et les soldats du contingent pendant la guerre d’Algérie : prôner l’insoumission ou accepter la mobilisation ? », Le Mouvement social, no 251,‎ , p. 75 à 97 (lire en ligne, consulté le 7 juillet 2019)
  2. Dominique Bari, « Guerre d’Algérie : le contingent, les JC et le PCF. La table ronde », L'Humanité,‎ (lire en ligne)
  3. Maurice Thorez, « Rassemblons toutes les forces pour la bataille contre le pouvoir personnel. Discours de clôture à la conférence fédérale de Paris (31 mai 1959) », L'Humanité,‎ cité par https://www.cairn.info/revue-histoire-de-la-justice-2005-1-page-189.htm
  4. L'Humanité reprise par « Les communistes n'approuvent pas l'encouragement à l'insoumission », Le Monde,‎

Voir aussi

Bibliographie

  • Philippe Robrieux, Histoire intérieure du parti communiste, Fayard, 1984.
  • Marc Giovaninetti, « 50 ans au cœur du système communiste : Raymond Guyot, un dirigeant du PCF », thèse soutenue en 2009 à l'université de Paris XIII.

Articles connexes

Liens externes

{{bottomLinkPreText}} {{bottomLinkText}}
Raymond Guyot
Listen to this article