cover image

Le mot socialisme recouvre un ensemble très divers de courants de pensée et de mouvements politiques[1], dont le point commun est de rechercher une organisation sociale et économique plus juste. Le but originel du socialisme est d'obtenir l'égalité sociale, ou du moins une réduction des inégalités[2] et, notamment pour les courants d'inspiration marxiste, d'établir une société sans classes sociales. Plus largement, le socialisme peut être défini comme une tendance politique, historiquement marquée à gauche, dont le principe de base est l'aspiration à un monde meilleur, fondé sur une organisation sociale harmonieuse et sur la lutte contre les injustices. Selon les contextes, le mot socialisme ou l'adjectif socialiste peuvent qualifier une idéologie, un parti politique, un régime politique ou une organisation sociale. La notion de socialisme s'exprime également par une forme spécifique de morale sociale laïque et non-religieuse véhiculant des valeurs morales individuelles et collectives.

Le drapeau rouge est le principal symbole du socialisme et du communisme à leur commencement.

Le mot socialisme entre dans le langage courant à partir des années 1820, dans le contexte de la révolution industrielle et de l'urbanisation qui l'accompagne : il désigne alors un ensemble de revendications et d'idées visant à améliorer le sort des ouvriers, et plus largement de la population, via le remplacement du capitalisme par une société plus juste. L'idée socialiste, sous de multiples formes, se développe au long du XIXe siècle et donne naissance dans le monde entier à des partis politiques s'en réclamant sous diverses dénominations (socialiste, mais également social-démocrate, travailliste, etc.)[3].

Dans la seconde moitié du XIXe siècle, le marxisme supplante l'approche dite du « socialisme utopique », ainsi que le « socialisme libertaire » des anarchistes : le courant de pensée marxiste se veut porteur d'une forme « scientifique » de socialisme, fondé sur une analyse du capitalisme, du dépassement de celui-ci par le biais de la lutte des classes et du passage à la propriété sociale des moyens de production[4]. Dans les dernières années du siècle, une partie du socialisme européen s'oriente cependant dans les faits vers le réformisme. À la fin de la Première Guerre mondiale, la famille politique socialiste connaît un schisme avec la naissance du courant communiste, qui continue de se réclamer du socialisme en affirmant le ramener à la tradition révolutionnaire. Les partis socialistes connaissent dans le monde entier des scissions au cours des années 1920 ; ils se trouvent dès lors en compétition avec des partis communistes qui se réclament du « socialisme réel » (ou « socialisme réellement existant »[5]) appliqué par l'Union des républiques socialistes soviétiques (URSS), ce dernier pays étant proclamé « patrie du socialisme »[6],[7].

La plupart des partis socialistes européens accélèrent, notamment après la Seconde Guerre mondiale, leur évolution vers un réformisme éloigné du marxisme, tandis que les régimes communistes alignés sur l'URSS, et qui se disent eux-mêmes socialistes, se multiplient dans le monde. Le socialisme démocratique, c'est-à-dire un socialisme converti à la démocratie libérale et respectueux du jeu parlementaire, représente aujourd'hui la tendance majoritaire des partis socialistes, qui n'envisagent plus la rupture avec l'économie de marché. La notion de socialisme démocratique est par ailleurs désormais associée à celle de social-démocratie qui tend, notamment en Europe, à en devenir un synonyme[8]. Outre les diversités liées à ses variations idéologiques, le socialisme connaît également de nombreux avatars liés aux contextes géographiques et culturels, comme le socialisme arabe ou le socialisme africain.

La mouvance socialiste, prise au sens large, demeure aujourd'hui l'une des plus importantes de la vie politique mondiale, bien que le mot socialisme continue de recouvrir un ensemble de réalités, de pratiques politiques, et de formes de pensée extrêmement diverses et parfois contradictoires entre elles, allant des partis travaillistes aux diverses variétés de « gauchisme »[1], en passant par les partis et régimes communistes actuels. La majorité des principaux partis se réclamant du socialisme se réunit, au niveau international, au sein de l'Internationale socialiste et, au niveau européen, au sein du Parti socialiste européen. Ces organisations n'ont cependant pas le monopole de l'usage de l'appellation socialiste.