Villars-le-Sec - Wikiwand
For faster navigation, this Iframe is preloading the Wikiwand page for Villars-le-Sec.

Villars-le-Sec

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Villars-le-Sec

Villars-le-Sec : le village et les vaches.

Blason
Administration
Pays
France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Territoire de Belfort
Arrondissement Belfort
Canton Delle
Intercommunalité Communauté de communes du Sud Territoire
Maire
Mandat
Laurent Brochet
2014-2020
Code postal 90100
Code commune 90105
Démographie
Population
municipale
170 hab. (2016 en augmentation de 13,33 % par rapport à 2011)
Densité 56 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 27′ 21″ nord, 6° 59′ 32″ est
Altitude Min. 519 m
Max. 621 m
Superficie 3,05 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Territoire de Belfort

Villars-le-Sec

Géolocalisation sur la carte : Territoire de Belfort

Villars-le-Sec

Géolocalisation sur la carte : France

Villars-le-Sec

Géolocalisation sur la carte : France

Villars-le-Sec
Liens
Site web villars-le-sec.net

Villars-le-Sec est une commune française située dans le département du Territoire de Belfort en région Bourgogne-Franche-Comté.

Géographie

La commune est administrativement rattachée au canton de Delle. Selon les plaisantins, Villars-le-Sec doit son nom au fait qu'il serait le village français le plus éloigné de toute côte.

Le village est situé dans le sud du département, entre Saint-Dizier-l'Évêque et la frontière suisse. Il porte bien son nom, l'eau étant rare sur ce plateau calcaire à 550 mètres d'altitude.

Communes limitrophes

Rose des vents Boncourt (CH, Jura) Basse-Allaine
(CH, Jura)
Rose des vents
Saint-Dizier-l'Évêque N Bure
(CH, Jura)
O    Villars-le-Sec    E
S
Croix Bure (CH, Jura)

Toponymie

  • Altare de Villare sicco (1040), Daz torf ze Viler (1303)[1], Villars le Sec (1793).

Histoire

La première mention de la localité dans les archives date de 1282, sous le nom de Ueler.

Villars-le-Sec a fait partie de la paroisse de Saint-Dizier-l'Évêque jusqu'en 1698 avant d'être rattaché à celle de Bure en Suisse.

En 1829 est construite l'église, dédiée à la Nativité-de-la-Vierge et le village devient une paroisse indépendante.

À quelques centaines de mètres de l'entrée du village, en venant de Saint-Dizier, affleure une large plaque de roche. Des empreintes de pas peuvent y être devinées. La légende raconte que ce sont ceux de Desiderius, futur saint Dizier, et ceux du diable avec lequel le saint aurait combattu, et gagné la bataille...

Une croix est plantée à proximité pour rappeler au passant que le lieu est sacré. Autrefois le pèlerin avait coutume de prélever sur cette croix un copeau qui lui portait bonheur pour le reste de son voyage.

Héraldique

Les armes de la commune se blasonnent ainsi :

De gueules chaussé d'or.

Politique et administration

La mairie.
La mairie.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
Mars 1971 mars 2014 Jean-Louis Fridez UMP Agriculteur
mars 2014 En cours Laurent Brochet Sans Étiquette Informaticien

Population et société

Démographie

Évolution démographique

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[2]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[3].

En 2016, la commune comptait 170 habitants[Note 1], en augmentation de 13,33 % par rapport à 2011 (Territoire de Belfort : +0,52 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
146135177231258251240233211
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
203219211207227218222184187
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
18715015212612493776897
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
9377758496123133151167
2016 - - - - - - - -
170--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2006[5].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement

Santé

Personnalités liées à la commune

  • Henri Vallat, (Villars-le-Sec, 28 janvier 1906 / Dachau, 17 avril 1945) opposant au régime de Vichy et déporté par les S.S au camp de concentration de Dachau (Allemagne).

Économie

Lieux et monuments

L'église de la Nativité-de-Notre-Dame.
L'église de la Nativité-de-Notre-Dame.
Rocher des pas du Diable
Rocher des pas du Diable

Pour approfondir

Bibliographie

Articles connexes

Liens externes

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références

Notes

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références

  1. Dictionnaire topographique du département du Haut-Rhin - Georges Stoffel (1868)
  2. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  3. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.


{{bottomLinkPreText}} {{bottomLinkText}}
Villars-le-Sec
Listen to this article