Le Championnat du monde de Formule 1 2005, qui compte 19 Grands Prix, est remporté par Fernando Alonso et par son écurie Renault.

Championnat du monde de Formule 1 2005
Généralités
Sport Formule 1
Création 1950
Organisateur(s) FIA
Édition 56e
Nombre de manches 19 Grands Prix
Site web officiel www.fia.com
www.formula1.com
Palmarès
Champion pilote Fernando Alonso
Champion constructeur Renault F1 Team

Navigation

Après une saison 2004 marquée par la domination sans partage de Ferrari et de son pilote septuple champion du monde, la FIA modifie considérablement les règles : un seul train de pneumatiques par course, un moteur pour deux Grands Prix sous peine d’une pénalisation de dix places sur la grille de départ et une aérodynamique des monoplaces remaniée pour limiter l’appui. La période faste de Michael Schumacher et de son écurie connaît un brutal coup d'arrêt : l'évolution de la F2004 se montre peu compétitive et la F2005 qui lui succède à partir du Grand Prix de Bahreïn n'arrive pas à exploiter ses pneus Bridgestone. « Schumi », hors du coup pour le titre mondial, ne gagne qu'une seule fois, au Grand Prix des États-Unis à Indianapolis où Michelin demande à toutes les écuries qu'il équipe de ne pas disputer la course pour raisons de sécurité, ce qui laisse seulement les six Formule 1 chaussées Bridgestone en piste.

Alliant performance et régularité au volant de sa Renault R25 (six pole positions, sept victoires, quatorze fois sur le podium), Fernando Alonso est sacré champion du monde lors du Grand Prix du Brésil, antépénultième course de la saison. Il devient le premier pilote espagnol et le plus jeune de l'histoire de la discipline (24 ans et 2 mois) à remporter le titre. Son principal adversaire durant la saison est Kimi Räikkönen, qui remporte également sept victoires et monte douze fois sur le podium avec sa McLaren MP4-20-Mercedes pour terminer vice-champion du monde à 21 points. Son coéquipier Juan Pablo Montoya s'impose pour les trois dernières fois de sa carrière.

Avec l'aide de Giancarlo Fisichella (une victoire, trois podiums, onze fois dans les points), Renault obtient son premier titre des constructeurs en tant qu'écurie complète, devançant finalement McLaren de neuf points grâce à la victoire d'Alonso et à la quatrième place de Fisichella à l'arrivée du dix-neuvième et dernier Grand Prix de la saison à Shanghai.

Oops something went wrong: