Marc Rich - Wikiwand
For faster navigation, this Iframe is preloading the Wikiwand page for Marc Rich.

Marc Rich

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Marc Rich
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 78 ans)
LucerneVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom de naissance
Marcell David ReichVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalités
Formation
Activités
Conjointe
Denise Eisenberg Rich (en) (de à )Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Site web
Distinction

Marc Rich, de son vrai nom Marcell David Reich, né le à Anvers (Belgique) et mort le [1] à Lucerne (Suisse), est un homme d'affaires belgo-américano-israélo-espagnol d'origine juive, dont les activités ont été très controversées.

Il est condamné par la justice américaine pour fraude, extorsion de fonds, délit d'initié, violation d'embargo avec l'Iran en pleine crise des otages, ainsi que pour la plus grande fraude fiscale de toute l'histoire des États-Unis.

Avec plus de 60 chefs d'inculpations, il y risquait jusqu’à 325 ans de prison ferme. Classé parmi les 10 fugitifs les plus recherchés au monde et poursuivi par une unité spéciale du FBI [2], il trouve refuge en Suisse [2] qui refuse de l'extrader. Il y fonde la multinationale Glencore.

Sa grâce par le président américain Bill Clinton le , son dernier jour en fonction, suscite une immense controverse [3].

Biographie

Origines

Marc Rich est né à Anvers dans une famille juive orthodoxe qui échappe à l'Holocauste. Sa famille émigre aux États-Unis pendant la Seconde Guerre mondiale. Il cumule les nationalités belge, américaine, espagnole et israélienne.

Carrière

Marc Rich débute à vingt ans dans le métier chez l'une des plus grandes maisons de courtage, Philipp Brothers, devenue par la suite Phibro. Il épouse Denise Joy Eisenberg dont les parents comme ceux de Rich ont fui le nazisme. Le père de son épouse est un des plus grands fabricants de chaussures des États-Unis.

En 1964, il devient directeur de la filiale espagnole de Philipp Bros, chargée des marchés émergents d'Afrique et d'Amérique du Sud. Le fait de travailler dans l'Espagne franquiste, ex alliée du Führer, ne provoque chez lui pas d'états d'âme.

"Les affaires sont un terrain neutre. Il est impossible de gérer une compagnie de négoce en vertu de sympathies pour un camp ou un autre" se justifie-il.

En 1967, Rich devient directeur du bureau madrilène de l'entreprise.

En 1973, circule une rumeur selon laquelle l'OPEC a mis en place un embargo sur le pétrole.

Marc Rich, grâce aux contacts dont il dispose auprès de la famille royale iranienne, a pris l'habitude d'envoyer du pétrole iranien aux raffineries espagnoles.

Rich se lie avec l'homme d'affaires Pincus Green. Celui-ci est surnommé The Admiral pour sa connaissance légendaire des grands flux portuaires internationaux. Ensemble, il achètent pour plus de 150 millions de dollars de pétrole. Lorsque l'information arrive au siège de l'entreprise à New York, la direction de Philipp Brothers panique et force Rich à vendre avant l'embargo.

Poursuites et fuite

En , suite à la Révolution Islamique, plusieurs dizaines de diplomates sont pris en otage au sein de leur ambassade.

Pendant ce temps, Rich achète désormais du pétrole aux Ayatollahs, alors que le pays est frappé d'un d'embargo et, sans se soucier des cinquante-trois employés de l'ambassade américaine alors pris en otage. Il achète le pétrole au rabais et le revend immédiatement à l'Afrique du Sud en plein régime de l'apartheid et à Israël, deux pays boycottés par Téhéran[4]. Il est pour cela poursuivi aux États-Unis pour violation de l'embargo contre l'Iran.

Le , un grand jury fédéral américain l'accuse de plus de 60 chefs d'inculpation[1] dont :

  • fraude
  • extorsion de fonds
  • corruption
  • commerce avec l'ennemi
  • violation d'embargo
  • délit d'initié

Il est également accusé de la plus grande fraude fiscale de toute l'histoire des Etats-Unis [5]

Cette condamnation aurait pu lui valoir jusqu'à 325 années de prison. Elle est prononcée par contumace, Marc Rich et son ami Pincus Green ayant alors fui vers Suisse. Les Suisses, malgré des fortes pression diplomatique, refusent leur extradition demandée en 1984 par les États-Unis, en justifiant des lois fiscales différentes et l'absence d'un embargo entre la Suisse et l'Iran [6].

Les Etats-Unis placent sur sa tête une prime de 500 000 dollars [2]. Il est placé sur la liste des 10 criminels les plus recherchés au monde et une équipe du FBI est montée pour le traquer. Il échappe de justesse à la capture en Finlande, en Allemagne, en Grande-Bretagne et en Jamaïque[7].

Un conseiller municipal de Zoug raconte qu'il refuse de sortir de son bureau sans la protection de gardes du corps formés par le Mossad [2].

Amnistie controversée

Le , quelques heures avant que Bill Clinton quitte la présidence, un de ses derniers actes officiels est de gracier Marc Rich.

Cette amnistie présidentielle déclenche un immense scandale [1],[2]. Le scandale est amplifié lorsque la presse révèle que Denise Einsenberg Rich, ex-épouse de l'homme d'affaires, a fait un don de un million de dollars à la nouvelle bibliothèque présidentielle de Bill Clinton et à la campagne de Hillary Clinton[8]. L'ancien Président républicain George Bush condamne la décision. Plusieurs élus démocrates et alliés politiques des Clinton les lâchent [9].

L'ancien Président Jimmy Carter, un démocrate, estime :

"Il n'y a pas le moindre doute que l'argent que Rich a distribué a joué un rôle clé dans ce pardon qu'il a reçu. C'est une vraie honte [10]"

Sous le feu des critiques, Bill Clinton tente de se justifier dans une très longue tribune au New York Times.

Il affirme que, selon plusieurs universitaires qu' il a consultés, Rich n'a pas commis de réels crimes. Il affirme aussi avoir subi d'importantes pressions des dirigeants d'Israël ainsi que des leaders juifs américains et européens. Ses propos déclenchent un véritable tollé au sein de la communauté juive [11].

Pour le rabbin Eric Yoffie, Président du mouvement des Congrégations Hébraiques :

"Ils ont demandé un truc à Clinton. Clinton a accepté. Et maintenant ils disent, ne faites pas de nous des boucs émissaires. Les dirigeants ne devraient pas réagir aussi violemment aux propos de Clinton, ils devraient plutôt se remettre en question. La vérité, c'est que dans cette histoire, la communauté juive s'est fait acheter. C'est un fiasco moral absolu [11]"

Une enquête du Congrès est ouverte pour déterminer ce qui a pu se passer. Le directeur de l'association nationale contre l'antisémitisme est interrogé [12]. Il présentera ses excuses, affirmant que la philanthropie de Rich a joué un rôle dans la lettre qu'il a signé [13].

L'affaire se poursuit lorsque le Congrès ouvre une deuxième Commission d’Enquête et fait convoquer les anciens responsables de la Maison Blanche [14].

Malgré sa grâce, Rich ne reviendra plus jamais aux Etats-Unis et il s'entoure en permanence de gardes du corps [15].

En 2008, il perd 15 millions dans le scandale pyramidal de Bernard Madoff [16].

La multinationale Glencore

En Suisse, Marc Rich se relance dans le business des matières premières. Il installe le siège de sa nouvelle société, Glencore, à Zoug [2].

L'entreprise rencontre des difficultés de financement puisque aucune banque commerciale n'ose financer cet homme dans le viseur du FBI [17].

Malgré cela, sous la protection de la Suisse, Glencore devient en 20 ans une des plus grandes multinationales, dégageant plus de 10 milliards de dollars de chiffres d'affaires. Marc Rich devient également l'un des principaux promoteurs du mécanisme des préfinancements pétroliers qui permet à un pays africain de s'endetter sur ses revenus pétroliers. En 2000, son nom est cité dans le scandale pétrole contre nourriture selon le rapport rédigé par Paul Volcker (Rapport Volcker), pour avoir versé des commissions occultes à Saddam Hussein[18].

Le groupe évolue avec une petite centaines de cadres financiers de haut niveau. L'ambiance y est décrite comme agressive et brutale. C'est lvan Glasenberg, qui est progressivement promu au top management par Marc Rich puis directeur de Glencore.

Au tournant des années 2000, Glencore est un géant mondial actif dans le pétrole, le gaz, le charbon, l'aluminium, l'acier, le bauxite, l'or, l'argent, le riz et le blé.

En 2011, The Guardian qualifie Glencore de l'entreprise la plus importante dont presque personne n'a entendu parler [19].

En 2017, le journal Le Temps estime que Weyer et Rich sont le couple qui a transformé la Suisse en une puissance pétrolière[20].

Livre

En 2009, il accepte de se confier au journaliste suisse Daniel Ammann qui publie sa biographie intitulée The King of Oil [21]

Selon le journaliste, "Marc Rich s'est rendu compte que le temps pressait pour donner sa version des faits après des décennies de silence. Si il reconnaît qu'ignorer les médias a été une erreur, il n'a jamais fait preuve du moindre remords lors de nos rencontres" [21],

Marc Rich affirme que il a assuré entre 60 % et 80 % des besoins en pétrole d'Israël entre 1973 et 1993 [22].

Il reconnaît avoir fourni au Mossad, les services secrets israéliens, des informations collectées par ses émissaires en Syrie, en URSS et en Iran [22].

Philanthropie

Dans sa déclaration de président de la fondation qui porte son nom, Marc Rich disait « soutenir des programmes qui promeuvent l'excellence et ont des éléments d'innovation sociale et culturelle ainsi que de créativité pour élever la qualité de vie de l'individu et de la société civile. » Il ajoutait qu'il était dévoué au peuple juif et à l'État d'Israël[23].

Voir aussi

Notes et références

  1. a b et c (en) Douglas Martin. Marc Rich, Rich Financier and Famous Fugitive, Dies at 78, The New York Times, 26 juin 2013.
  2. a b c d e et f Mark Honigsbaum, « The rich list », sur The Guardian,
  3. Sylvie Kauffman, « La grâce du milliardaire Marc Rich, dernier scandale de Bill Clinton », sur Le Monde,
  4. Marc Roche, « Marc Rich : mort d’un pirate », sur Le Monde,
  5. « Marc Rich, 'King of Oil' pardoned by Clinton, dies at 78 », sur Reuters,
  6. (en)Pardoned financier Marc Rich dead at 78, CBS News, 26 juin 2013.
  7. (en)Marc Rich, Glencore founder pardoned by Clinton, dies, BBC News, 26 juin 2013.
  8. Sylvie Kauffmann, « La grâce du milliardaire Marc Rich, dernier scandale de Bill Clinton », sur Le Monde,
  9. (en) Richard L. Berke, « THE CLINTON PARDONS: THE DEMOCRATS; This Time, Clintons Find Their Support Buckling From Weight of New Woes », sur The New York Times,
  10. (en) « Carter calls pardon of Rich 'disgraceful. », sur Los Angeles Times, february 21, 2001.
  11. a et b (en) « Jews feel Clinton scapegoating them in Rich affair », sur The Jewish Telegraphic Agency, february, 20, 2001
  12. https://www.jta.org/2001/03/21/archive/foxman-meets-with-investigators-admits-adl-took-money-from-rich, « Foxman Meets with Investigators, Admits ADL Took Money from Rich », sur The Jewish Telegraphic Agency,
  13. MICHAEL ISIKOFF, « 'I MADE A MISTAKE' », sur Newsweek, 3/22/01
  14. « Hearings: Clinton Aides Opposed Rich Pardon », sur ABC News,
  15. Vincent Nizouille, « Les incroyables réseaux de Marc Rich », sur L'Express,
  16. Marie Delmotte, « Marc Rich, un ex-fraudeur berné par Madoff », sur Le Figaro,
  17. Marc Rich : mort d’un pirate, « Marc Rich : mort d’un pirate », sur Le Monde,
  18. « Une cotation record pour le suisse Glencore », L'Economiste,‎ (lire en ligne, consulté le 14 novembre 2017)
  19. (en) The rise of Glencore, the biggest company you've never heard of, « https://www.theguardian.com/business/2011/may/19/rise-of-glencore-commodities-company », sur The Guardian,
  20. Sébastien Dubas et Sylvain Besson, « Weyer et Rich, le couple qui a fait de la Suisse une puissance pétrolière », sur Le Temps,
  21. a et b Marc Roch, « Un homme simple... avec deux gardes du corps », sur Le Monde,
  22. a et b Marc Roche, « Le roi du pétrole sent le soufre », sur Le Monde, 28 octobre 2009,
  23. Voir le site de la Fondation Marc Rich, en ligne.

Bibliographie

  • Dominique Manotti, Or noir, Série Noire, Gallimard, (ISBN 9782070148707), 336 p. Le personnage principal dans ce roman, Michaël Frickx, est inspiré de la vie de Marc Rich.
  • (en) Ammann, Daniel, The King of Oil: The Secret Lives of Marc Rich, New York, St. Martin‘s Press, , 1re éd. (ISBN 978-0-312-57074-3, LCCN 2009016926)
  • (de) Daniel Ammann, King of Oil, Marc Rich. Vom mächtigsten Rohstoffhändler der Welt zum Gejagten der USA, Orell Füssli, Zurich, 2010, (ISBN 978-3-280-05396-6).
  • (en) A. Craig Copetas, Metal Men: Marc Rich and the $10 Billion Scam, Open Road Media, 2014.
  • Bernard Dussol et Charlotte Nithart, Le Cargo de la Honte, l'effroyable odysée du Probo Koala. Marc Rich est cité dans un chapitre du livre.

Liens externes

{{bottomLinkPreText}} {{bottomLinkText}}
Marc Rich
Listen to this article