cover image

Galileo (système de positionnement)

système de positionnement par satellites d'origine européenne / De Wikipedia, l'encyclopédie libre

Cher Wikiwand IA, Faisons court en répondant simplement à ces questions clés :

Pouvez-vous énumérer les principaux faits et statistiques sur Galileo (système de positionnement)?

Résumez cet article pour un enfant de 10 ans

AFFICHER TOUTES LES QUESTIONS

Galileo est un système de positionnement par satellites (radionavigation) mis en place par l'Union européenne (UE) qui est partiellement opérationnel depuis fin 2016 et doit devenir pleinement opérationnel après le lancement des derniers satellites FOC (fully operational capability) qui doit s'achever en 2024. Comme les systèmes américain GPS, russe GLONASS et chinois Beidou, Galileo permet à un utilisateur muni d'un terminal de réception d'obtenir sa position. La précision attendue pour le service de base, gratuit, est de m horizontalement et de m en altitude[2]. Un niveau de qualité supérieur (High Accuracy Service - HAS[3], 20 cm en horizontal / 40 cm en vertical), fourni gratuitement[4],[5], prévu pour 2022, a été déclaré en phase de service initial le 24 janvier 2023[5],[6].

Galileo
Description de cette image, également commentée ci-après
Logo du projet Galileo, inspiré de celui de l'Agence spatiale européenne et du drapeau européen.
Données générales
Organisation Agence spatiale européenne
Nombre d'exemplaires 28
Constellation 23 utilisables, 1 non disponible, 4 non utilisables (18/08/2023)[1]
Lancement 2011
Site www.esa.int/esaNA/galileo.html
Principaux jalons
26 mai 2003 Début du projet
décembre 2005 Premier satellite de test
août 2014 Premiers satellites opérationnels
15 décembre 2016 Premiers services opérationnels
Caractéristiques techniques
Orbite
Orbite Orbite terrestre moyenne
Altitude 23 222 km
Période de révolution 1017 jour sidéral ou 14 heures et 5 minutes
Période de revisite 10 jours sidéraux

Le segment spatial de Galileo, une fois le déploiement achevé, est constitué de trente satellites dont six de rechange. Chaque satellite, d'une masse d'environ 700 kg, circule sur une orbite moyenne (23 222 km) dans trois plans orbitaux distincts ayant une inclinaison de 56°. Ces satellites émettent un signal qui leur est propre et retransmettent un signal de navigation fourni par le segment de contrôle de Galileo. Ce dernier est constitué de deux stations chargées également de surveiller l'orbite et l'état des satellites.

Le projet Galileo, après une phase de définition technique débutée en 1999, est lancé le avec la signature d'un accord entre l'Union européenne et l'Agence spatiale européenne chargée du segment spatial. Une des motivations principales du projet est de mettre fin à la dépendance de l'Europe vis-à-vis du système américain, le GPS. Contrairement à celui-ci, Galileo est uniquement civil. Le projet parvient à surmonter l'opposition de certains membres de l'UE et d'une partie des décideurs américains ainsi que les difficultés de financement : le coût final évalué à cinq milliards d'euros. Les tests de Galileo débutent fin 2005 à la suite du lancement des satellites précurseurs GIOVE-A et GIOVE-B en et . Les premiers satellites en configuration opérationnelle (FOC) sont lancés en . Les premiers services de Galileo sont opérationnels depuis le .

Au 5 décembre 2021, 28 satellites ont été lancés[7],[8].

Oops something went wrong: