cover image

Nouméa (prononcé /nu.me.a/), principale ville portuaire de Nouvelle-Calédonie, est le chef-lieu de cette collectivité d'outre-mer française au statut spécifique et de la Province Sud, située sur une presqu'île de la côte sud-ouest de la Grande Terre.

Quick facts: Administration, Pays , Collectivité , Provinc...
Nouméa
De haut en bas, de gauche à droite : vue de la Cathédrale Saint-Joseph et du Port Moselle ; Fontaine Céleste illuminée pour la Fête des Lumières sur la Place des Cocotiers ; Parc zoologique et forestier Michel-Corbasson ; Centre culturel Tjibaou ; kiosque de la Place des Cocotiers ; Promenade Pierre-Vernier et baie de Sainte-Marie ; Phare Amédée ; Mwâ kâ.

Blason

Logo
Administration
Pays France
Collectivité Nouvelle-Calédonie (chef-lieu)
Province Province Sud (chef-lieu)
Aire coutumière Djubéa-Kaponé
Maire
Mandat
Sonia Lagarde (LREM)
2020-2026
Code postal 98800
Code commune 98818
Démographie
Gentilé Nouméen(s), Nouméenne(s)
Population
municipale
94 285 hab. (2019 )
Densité 2 095 hab./km2
Population
agglomération
182 341 hab. (2019)
Ethnie Européens : 43,2 %
Kanaks : 23,8 %
Autres et non déclarés : 18,4 %
Métis : 7,9 %
Wallisiens-Futuniens : 6,7 %
Géographie
Coordonnées 22° 16′ 33″ sud, 166° 27′ 29″ est
Altitude Min. 0 m
Max. 168 m
Superficie 45 km2
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Nouvelle-Calédonie
Nouméa
Géolocalisation sur la carte : Nouvelle-Calédonie
Nouméa
Liens
Site web noumea.nc
    Close

    D'importance moyenne à l'échelle française (94 285 habitants en 2019), même en comptabilisant sa banlieue et sa couronne périurbaine (182 341 habitants), Nouméa est la plus grande ville francophone d'Océanie devant Papeete, et l'une des plus importantes de la France d'outre-mer (la troisième, après Saint-Denis et Saint-Paul de La Réunion). Elle est la 46e commune la plus peuplée en France et le Grand Nouméa correspond à la 53e aire urbaine française (la quatrième d'outre-mer, après celles de Pointe-à-Pitre-Les Abymes en Guadeloupe, de Mamoudzou à Mayotte et de Saint-Denis à La Réunion).

    Créée en 1854 sous le nom de Port-de-France pour servir de centre administratif et militaire à la présence française en Nouvelle-Calédonie, elle prend le nom « Nouméa », d'origine kanak mais à l'étymologie incertaine, le . Elle s'est développée avec la colonisation, notamment du fait de la présence du bagne, mais aussi grâce à l'activité minière depuis les années 1870. Celle-ci est dominée par l'extraction du nickel et a connu plusieurs « boom » (surtout dans les années 1960 et 2000). Longtemps liée au pouvoir colonial et très européenne, elle est surnommée par les premiers indépendantistes « Nouméa la blanche » dans les années 1980. C'est pourtant une ville où se croisent aujourd'hui toutes sortes de communautés. Si une forte proportion de la population est toujours d'origine européenne, principalement des Calédoniens (ou « Caldoches ») mais aussi des Métropolitains (appelés « zoreilles ») qui y vivent définitivement ou qui y résident temporairement (notamment des fonctionnaires ou militaires français), il s'y trouve aussi une forte proportion, qui va en augmentant, de Kanaks ainsi que de Polynésiens (Wallisiens et Futuniens avant tout, mais également Tahitiens) et d'Asiatiques (Indonésiens, Vietnamiens, Chinois). C'est donc une ville très métissée mais à culture majoritairement européenne, où le français est très présent. Politiquement, il s'agit d'un bastion de la droite anti-indépendantiste.

    Nouméa reste l'une des villes les plus industrialisées de l'Outre-mer français, par le biais surtout de l'usine de transformation de nickel de Doniambo, mais aussi par la présence d'un réseau assez dense de petites industries produisant pour le marché local, surtout dans les secteurs de l'agroalimentaire et des biens intermédiaires. Mais l'économie est avant tout tertiaire, avec une présence importante des fonctions et services publics d'État, de la Nouvelle-Calédonie, de la Province Sud et de la ville. Les activités touristiques, bien que peu développées comparativement à d'autres agglomérations d'Océanie ou de l'outre-mer français[1], sont surtout balnéaires et concentrées dans les baies au sud de la presqu'île, ce qui vaut à Nouméa d'être comparé par les visiteurs et les guides à un « petit Nice »[2]. De même, la présence de boutiques de luxe ou d'habillement dans son centre-ville, ses bistrots, restaurants et boulangeries lui ont valu le surnom touristique de « Paris du Pacifique » ou « petit Paris »[3],[4],[5]. Ces deux surnoms sont toutefois très peu utilisés par la population locale.

    Oops something went wrong: