Charles Ier (roi d'Angleterre)

roi d'Angleterre, d'Écosse et d'Irlande / De Wikipedia, l'encyclopédie libre

Charles Ier, né le à Dunfermline et mort le à Londres, est roi d'Angleterre, d'Écosse et d'Irlande de 1625 à son exécution en 1649.

Quick facts: Titre, Roi d'Angleterre, d'Écosse et d'Irland...
Charles Ier

Charles Ier par Antoine van Dyck vers 1630.
Titre
Roi d'Angleterre, d'Écosse et d'Irlande

(23 ans, 10 mois et 3 jours)
Couronnement en l'abbaye de Westminster (Angleterre)
en l'abbaye d'Holyrood (Écosse)
Prédécesseur Jacques Ier et VI
Successeur Conseil d'État (de facto)
Charles II (de jure)
Biographie
Dynastie Maison Stuart
Date de naissance
Lieu de naissance Palais de Dunfermline
Royaume d'Écosse
Date de décès (à 48 ans)
Lieu de décès Palais de Whitehall, Londres
Royaume d'Angleterre
Nature du décès Exécution par décapitation
Sépulture Chapelle Saint-Georges
Père Jacques Ier
Mère Anne de Danemark
Conjoint Henriette-Marie de France
Enfants Charles II
Marie-Henriette, princesse royale
Jacques II
Élisabeth Stuart
Anne Stuart
Henry, duc de Gloucester
Henriette Stuart
Religion Anglicanisme


Monarques d'Angleterre
Monarques d'Écosse
Close

Petit-fils de la reine Marie Stuart et fils du roi Jacques Stuart, il succède à ce dernier à sa mort, le . Dès le début de son règne, Charles Ier affronta le Parlement d'Angleterre pour accroître ses revenus, alors que ce dernier cherchait à limiter les prérogatives royales, que le roi considérait être de droit divin. Ses interférences dans les affaires religieuses des Églises d'Angleterre et d'Écosse, et ses hausses d’impôts sans l'accord du Parlement furent très mal acceptées par certains prédicateurs protestants, qui le considéraient comme un monarque absolu et un tyran.

Son refus de soutenir durablement les forces protestantes durant la guerre de Trente Ans[1], associé à son mariage avec une princesse catholique, Henriette-Marie de France, soulevèrent également des interrogations quant à sa religion. Charles Ier s'allia par ailleurs à des figures ecclésiastiques controversées, comme Richard Montagu et William Laud, qu'il nomma archevêque de Cantorbéry. Tout cela fit que de nombreux sujets, dont les puritains, considérèrent que l'Église d'Angleterre se rapprochait trop de l'Église catholique. Enfin, ses tentatives pour imposer des réformes religieuses en Écosse furent la cause des guerres des évêques, qui renforcèrent la position des parlements anglais et écossais, et précipitèrent sa chute.

Les dernières années de Charles Ier furent marquées par les guerres des Trois Royaumes et par la première révolution anglaise, au cours de laquelle il affronta les forces parlementaires. Ses troupes furent défaites lors de la première guerre civile (1642 – 1645) ; le Parlement escomptait alors qu'il accepterait ses demandes de monarchie parlementaire. Mais, il refusa de négocier et forgea une alliance avec l'Écosse, avant de s'enfuir sur l'île de Wight. Cela déclencha une deuxième guerre civile (1648 – 1649), et Charles Ier fut de nouveau battu, puis arrêté en 1649, jugé et exécuté pour haute trahison. La monarchie fut alors abolie et une « République », appelée Commonwealth d'Angleterre fut instaurée, avec Oliver Cromwell à sa tête. En 1660, la monarchie fut restaurée et le fils aîné de Charles Ier monta sur le trône, sous le nom de Charles II.