cover image

L'Érythrée, en forme longue l'État d'Érythrée (en tigrigna : ኤርትራ, Ertra et ሃገረ ኤርትራ, Hagere Ertra ; en arabe : إرتريا, Iritrīyā et دولة إرتريا, Dawlat Iritriya) est un État souverain situé en Afrique de l'Est. Il s'agit du pays le plus septentrional de la Corne de l'Afrique. Le pays a des frontières terrestres longues de 1 840 km[10] avec Djibouti au sud-est, l'Éthiopie au sud et le Soudan à l'ouest, auxquelles s'ajoutent les frontières maritimes avec l'Arabie Saoudite et le Yémen, en plus de celles avec Djibouti et le Soudan.

État d'Érythrée

(ti) ሃገረ ኤርትራ
Hagere Ertra

(ar) دولة إرتريا
Dawlat Iritriya

(en) State of Eritrea


Drapeau de l'Érythrée

Armoiries de l'Érythrée
Hymne en tigrigna : ኤርትራ, ኤርትራ, ኤርትራ (Ertra, Ertra, Ertra, « Érythrée, Érythrée, Érythrée »)
Fête nationale
· Événement commémoré
Administration
Forme de l'État République unitaire à parti unique (de jure)
Dictature totalitaire (de facto)[1],[2],[3],[4]
Président Isaias Afwerki
Parlement Assemblée nationale
Langues officielles Tigrigna, arabe, anglais[5],[6]
Capitale Asmara

15° 20′ N, 38° 55′ E

Géographie
Plus grandes villes Asmara, Assab, Keren, Massaoua, Mendefera
Superficie totale 117 600 km2
(classé 97e)
Superficie en eau 5,75 %
Fuseau horaire UTC + 3
Histoire
Indépendance Éthiopie
Déclarée

Reconnue
(fin de la guerre d'indépendance)
(reconnaissance de l'ONU)
Royaume de Saba XIIe siècle av. J.-C.
Royaume D'mt Xe siècle av. J.-C.
Empire aksoumite Ier siècle av. J.-C.
Empire éthiopien 990 à 1974
Medri Bahri 1137 à 1890
Érythrée italienne 1890 à 1941
Administration britannique 1941 à 1952
Fédération avec l'Empire éthiopien 1952
Annexion par l'Éthiopie 1962
Guerre d'indépendance de l'Érythrée
Gouvernement militaire provisoire de l'Éthiopie socialiste
République démocratique populaire d'Éthiopie 1987
Gouvernement de transition d'Éthiopie
Indépendance de l'Érythrée 1993
Guerre entre l'Érythrée et l'Éthiopie au
Accord d'Alger (non appliqué par l'Éthiopie)
Démographie
Gentilé Érythréen(s), Érythréenne(s)
Population totale (2020[7]) 3 546 000 hab.
(classé 131e)
Densité 30 hab./km2
Économie
PIB nominal (2014) 3,881 milliards de $
+ 7,5 % (155e)
PIB (PPA) (2014) 4,647 milliards de $
+ 7,53 % (155e)
PIB nominal par hab. (2014) 669 $ (174e)
PIB (PPA) par hab. (2014) 710 $ (183e[8])
Dette publique brute (2014) 118 % du PIB
IDH (2021) 0,492[9] (faible ; 176e)
Monnaie Nakfa (ERN​)
Divers
Code ISO 3166-1 ERI, ER​
Domaine Internet .er
Indicatif téléphonique +291
Organisations internationales Union africaine
ONU
PNUD
COMESA
UNESCO
G77
BAD
CEN-SAD
INBAR

L'Érythrée est, de jure, une république unitaire à parti unique mais est, de facto, une dictature totalitaire[11]. Il a pour capitale Asmara et pour langues officielles le tigrigna, l'arabe et l'anglais et comme langues nationales vernaculaires, le tigrigna, le tigré, l'arabe, l'afar, le saho, le bilen, le bedja, le kunama et le nara[12]. Sa monnaie est le nakfa érythréen depuis 1997[13].

Les premières occurrences du terme « Érythrée » proviennent du grec ancien Ερυθραία (Erythraía) signifiant « rouge » et latinisé Erythræa. Ce terme, désignant originellement toutes les côtes de la mer Rouge, sera donné à l'actuel territoire en 1890 par le roi Humbert Ier d'Italie juste après en avoir fait une colonie italienne.

L'Érythrée connaît une histoire à part entière dès le XIIe siècle av. J.-C. avec le royaume de Saba ; deux siècles plus tard, le royaume D'mt[N 1] s'établit au centre de l'actuel territoire sur une période de cinq siècles. C'est avec l'empire d'Aksoum, dès le Ier siècle av. J.-C., que les prémices d'un territoire érythréen voient le jour dans un espace territorial s'étalant du sud-est de l'actuel Égypte à l'actuel Somaliland. Le territoire fut rattaché par la suite à l'empire éthiopien jusqu'à l'arrivée des italiens en Afrique orientale. À la suite de l'achat par les Italiens de la baie d'Assab, au sultan local en 1869, puis de leur occupation de Massaoua en 1885, l’Érythrée est constituée en 1890 en territoire particulier. Après la défaite italienne durant la Seconde Guerre mondiale, l'ONU décide en 1952 de fédérer l’Érythrée à l'Éthiopie, qui l'annexe en 1962. C'est le début de la guerre d'indépendance qui se termine en mai 1991 par la victoire du mouvement indépendantiste, le Front populaire de libération de l'Érythrée (FPLE) mené par Isaias Afwerki, et donc par la défaite du gouvernement éthiopien. L'Érythrée accède ainsi à l'indépendance en 1993. Les deux pays restent en état de guerre jusqu'à la signature d'un traité de paix en 2018.

Depuis le début des années 2000, l'Érythrée, toujours dirigée par Isaias Afwerki, adopte une attitude répressive et autoritaire, notamment via le service militaire à durée indéterminée (6,5 ans en moyenne), qui provoque un mouvement d'émigration important et aboutit à plusieurs descriptions du pays comme une « prison à ciel ouvert ». De nombreux médias décrivent le pays comme un État gouverné par un régime totalitaire[1],[2],[3],[4]. Il n'existe pas réellement d'institution dans le pays et l'essentiel du pouvoir est concentré entre les mains de son président, Isaias Afwerki[14]. L’Érythrée a souffert des sanctions draconiennes imposées par l’ONU en décembre 2009 et renforcées en décembre 2011[14].

Le pays est membre de plusieurs organisations internationales : l'Union africaine (UA) depuis 1993, la Ligue arabe depuis 2003 (en tant que pays observateur), l'Organisation des Nations unies (ONU) depuis 1993, le Programme des Nations unies pour le développement (PNUD), le Marché commun de l'Afrique orientale et australe (COMESA) depuis 1994, l'Organisation des Nations unies pour l'éducation, la science et la culture (UNESCO) depuis 1993, le Groupe des 77 (G77), la Banque africaine de développement (BAD), la Communauté des États sahélo-sahariens (CEN-SAD) depuis 1999 et l'Organisation internationale sur le bambou et le rotin (INBAR) depuis 2013. Avec vingt-neuf ambassades et six consulats, c'est l'un des pays au monde avec la moins forte représentation diplomatique au monde.

L'Érythrée est, avec un PIB nominal de 6,72 milliards de dollars US en 2018 selon le FMI, la 151e économie mondiale (derrière le Malawi et devant le Monténégro). Le pays affiche un niveau de vie « faible » (176e sur 191 au classement IDH en 2021) avec l'un des indices de développement humain les plus faibles du monde (0,492)[7],[15], entre l'Éthiopie et la Guinée-Bissau[9]. Son économie est basée sur deux secteurs : les minerais et les métaux rares (plus de 40 % de l'économie tourne autour de l'exploitation de l'or, près de 30% autour du cuivre et 25% autour du zinc). La population du pays est difficile à évaluer, avec une estimation comprise en 3,6 et 6,7 million d'habitants en 2019 ; elle est comparable à la population de l'Uruguay dans son évaluation la plus basse ou à celle du Kirghizistan ou du Liban dans son évaluation la plus haute. La densité de population du pays n'a fait que croître, passant de 11,3 hab./km2 en 1950 à 51,4 hab./km2 en 2018 ; en 2100, il est estimé que la densité de population atteindra les 146,3 hab./km2 et dépassera la densité de population française.

Oops something went wrong: