cover image

La Corée du Nord (en coréen : 조선 ; hanja : 朝鮮 ; MR : Chosŏn Écouter ou 북한 ; hanja : 北韓 ; MR : Puk'an Écouter), nom usuel de la forme officielle[3],[4],[5] république populaire démocratique de Corée[6] (RPDC ; en chosŏn'gŭl : 조선민주주의인민공화국 et en hanja : 朝鮮民主主義人民共和國 ; RR : Joseon Minjujueui Inmin Gonghwaguk ; MR : Chosŏn Minjujuŭi Inmin Konghwaguk Écouter), est un État qui couvre la partie nord de la péninsule coréenne située en Asie de l'Est. Comptant 25,3 millions d'habitants en 2016, soit la moitié de son voisin du Sud, sa capitale est Pyongyang.

République populaire démocratique de Corée

(ko) 조선민주주의인민공화국

(ko) 朝鮮民主主義人民共和國

(ko-Latn) Chosŏn Minjujuŭi Inmin Konghwaguk

(ko-Latn) Joseon Minjujueui Inmin Gonghuaguk


Drapeau de la Corée du Nord

Emblème de la Corée du Nord
Hymne en coréen : 애국가 (Aegukka, « Chant patriotique »)
Fête nationale 9 septembre
· Événement commémoré
Territoire contrôlé (vert foncé)
Territoire revendiqué mais non contrôlé (vert clair)
Administration
Forme de l'État République
De jure État socialiste (juche) à coalition unique
De facto dictature totalitaire et héréditaire
Revendiqué par Corée du Sud
Dirigeant suprême Kim Jong-un
Premier ministre Kim Tok-hun
Parlement Assemblée populaire suprême
Langues officielles Munhwaŏ et coréen
Capitale Pyongyang

39° 02′ N, 125° 45′ E

Géographie
Plus grande ville Pyongyang
Superficie totale 120 540 km2
(classé 99e)
Superficie en eau 0,1 %
Fuseau horaire UTC +9
Histoire
Indépendance Administration soviétique de la Corée
Date
Démographie
Gentilé Nord-Coréen, Nord-Coréenne
Population totale (2021[1]) 25 831 360 hab.
(classé 51e)
Densité 214 hab./km2
Économie
PIB nominal (2016) 29,300 milliards USD (96e)
IDH (2017) 0,625[2]
Monnaie Won nord-coréen (₩) (KPW​)
Divers
Code ISO 3166-1 PRK, KP​
Domaine Internet .kp
Indicatif téléphonique +850

Le pays est limitrophe de la Chine (1 416 km de frontières communes) au nord, de la Russie au nord-est (19 km de frontières) et de la Corée du Sud au sud (238 km de frontières). Cette dernière frontière méridionale est bordée de part et d'autre sur km de largeur par la zone démilitarisée (DMZ, pour “demilitarised zone”), qui est en réalité très fortement militarisée, car surveillée au total par plus d'un million de soldats[7]. Le Japon, proche voisin maritime, est séparé de la Corée du Nord par la mer du Japon (que les Nord-Coréens appellent « mer orientale de Corée », ou « mer de l’Est »).

La Corée du Nord est un État avec un « Front uni » dirigé par le Parti du travail de Corée (PTC). L'idéologie officielle du pays est le juche, doctrine fondée sur l'autosuffisance développée par Kim Il-sung, fondateur du régime. Ce régime communiste de type stalinien fonctionne selon une logique totalitaire[8],[9],[10],[11],[12],[13],[14] et a l'un des plus bas niveaux de droits de l'homme au monde[15].

En 1910, la Corée est annexée par l'empire du Japon. Lors de la capitulation japonaise en 1945, marquant un terme à la Seconde Guerre mondiale, la péninsule se trouve divisée en deux zones : le Nord de la péninsule est occupé par l'Union soviétique et le Sud par les États-Unis. Les négociations en vue d’une unification des deux zones échouent et, en 1948, des gouvernements distincts sont formés : la république populaire démocratique de Corée (au régime socialiste) au nord et la République de Corée (au régime capitaliste) au sud. Une invasion du Sud de la péninsule par la Corée du Nord conduit à la guerre de Corée, qui dure de1950 à 1953. L'accord d'armistice est un cessez-le-feu, mais aucun traité de paix n'est signé, et ne l’est toujours pas au début du vingt-et-unième siècle.

Le fondateur du pays, Kim Il-sung, mort en 1994, a pour successeur son fils Kim Jong-il, auquel succède en 2011 le fils cadet de ce dernier, Kim Jong-un[16], ce qui fait du régime nord-coréen la seule dynastie communiste de l'histoire[17],[18]. Kim Il-sung  proclamé après sa mort « président éternel »[19],[20]  et ses deux successeurs font l'objet d'un culte de la personnalité dans le pays.

Après la dislocation de l'Union soviétique et une série de catastrophes naturelles, la Corée du Nord subit dans les années 1990 une famine faisant de 900 000 à 2 millions de morts[21],[22]. Kim Jong-il adopte alors la politique du Songun (ce qui signifie « l'armée d'abord »), afin de garantir la sécurité du pays et du gouvernement.

La Corée du Nord est le pays le plus militarisé au monde selon le critère de la proportion de la population sous les drapeaux[23],[24]. Le pays développe un programme spatial[25], et est également accusé de pratiquer de nombreuses activités illicites à l'échelle internationale[26],[27]. La Corée du Nord dispose de l'arme nucléaire depuis les années 1990, et effectue régulièrement des tests de missiles balistiques depuis les années 2010.

Une commission d'enquête de l'ONU en 2014 estime que des centaines de milliers d'opposants politiques ont péri dans des camps pendant les 50 années ayant précédé, ce que la commission qualifie de crime contre l'humanité, et que de 80 000 à 120 000 prisonniers politiques sont détenus dans les camps au moment de l’enquête[28]. La Corée du Nord est par ailleurs confrontée à de longues périodes de sécheresse qui menacent sa sécurité alimentaire[29].