Portail:Empire britannique - Wikiwand
For faster navigation, this Iframe is preloading the Wikiwand page for Portail:Empire britannique.

Portail:Empire britannique

Une page de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Accueil Arborescence Suivi Projet Discussion

L'Empire britannique ou Empire colonial britannique était un ensemble territorial composé des dominions, colonies, protectorats, mandats et autres territoires gouvernés ou administrés par le Royaume-Uni. Il trouve son origine dans les colonies outre-mer et les comptoirs commerciaux établis par l'Angleterre à la fin du XVIe et début du XVIIe siècle. À son apogée, il était le plus grand empire de l'histoire et la première puissance mondiale. En 1922, il rassemblait un quart de la population mondiale, soit environ 458 millions d'habitants et s'étendait sur près de 33 millions de km². En conséquence, son héritage politique, linguistique et culturel est colossal.

Au cours de l'Âge des découvertes aux XVe et XVIe siècles, le Portugal et l'Espagne se lancèrent dans l'exploration du monde et fondèrent de vastes empires. Envieux des richesses conférées par ces empires, l'Angleterre, la France et les Pays-Bas commencèrent à établir des colonies et des comptoirs commerciaux en Amérique et en Asie. Une série de guerres avec la France et les Pays-Bas laissa l'Angleterre (puis le Royaume-Uni après l'Acte d'Union avec l'Écosse) la puissance coloniale dominante en Amérique du Nord et en Asie. La perte des Treize colonies en Amérique du Nord en 1783 après la Guerre d'indépendance des États-Unis priva la Grande-Bretagne de ses plus anciennes et de ses plus prospères colonies. L'attention britannique se tourna alors vers l'Afrique, l'Asie et le Pacifique. À la suite de la défaite de la France napoléonienne en 1815, la Grande-Bretagne connut un siècle de domination sans partage et étendit ses possessions tout autour du monde. Elle accorda des degrés divers d'autonomie aux colonies blanches dont certains devinrent des dominions.

Ce portail compte actuellement 2 316 articles.

Histoire

Histoire de l'Empire britannique
Expansion coloniale et luttes avec les Empires coloniaux européens

Jean Cabot arrive à Terre-Neuve en 1497 marquant le début de l'exploration du nouveau monde pour les Britanniques, en 1583, Humphrey Gilbert en revendique la souveraineté pour la couronne.


La colonisation de l'Amérique par le Royaume d'Angleterre ne commence réellement qu'au début du XVIIe siècle.


En 1600, la Compagnie anglaise des Indes orientales acquiert le monopole du commerce dans l'océan Indien et dominera les Indes britanniques jusqu'en 1858.


Dans les Caraïbes, les colonies anglaises se développent, depuis la Guyane en 1604 et la quête de l'or, aux colonies se développant sur le système du commerce triangulaire grâce à la Royal African Company.


Le Traité de Londres signé en 1604 met fin aux rivalités anglo-espagnoles et permet à l'Angleterre de coloniser rapidement les Caraïbes.


St. Lucia (1605), la Grenade (1609), St. Kitts (1624), la Barbade (1627) et Niévès (1628) adoptent rapidement le système des plantations de sucre, développé par les Portugais au Brésil, et qui repose sur l'esclavage.


Les guerres anglo-néerlandaises et les victoires anglaises renforcent la suprématie britannique dans les Caraïbes.


La première colonie anglaise permanente sur le continent américain est établie à Jamestown en 1607 par John Smith.


La Colonie de Virginie se développe, suivie par celles du Maryland en 1634, de Rhode Island en 1636, du Connecticut en 1639 et de la Caroline en 1663.


La Nouvelle-Angleterre de développe et la Province de Géorgie est la dernière à être crée en 1732, on parle alors des Treize colonies.


En 1670, Charles II d'Angleterre accorde une charte à la Compagnie de la Baie d'Hudson qui lui offre le monopôle sur le commerce des fourrures au Canada, les rivalités avec les français conduisent les deux puissances à s'affronter par quatre fois.


De 1701 à 1714, le Royaume d’Angleterre puis, avec l'annexion de l'Écosse par l'Acte d'Union de 1707, le Royaume de Grande-Bretagne et ses alliés combattent la France et l'Espagne lors de la guerre de Succession d'Espagne pour s'opposer à la volonté d'union des deux nations et de leurs colonies respectives. Gibraltar, Minorque, l'Acadie et l'île Saint-Christophe passent sous contrôle britannique. Enfin Terre Neuve et la Baie d'Hudson sont durablement abandonnées par les Français.


Le développement des rivalités entre toutes les puissances coloniales européennes conduit à la guerre de Sept Ans qui va avoir pour effet de donner un rééquilibrage global des puissances européennes.


Le Royaume de Grande-Bretagne devient l'Empire britannique et mène à la chute du Premier espace colonial français.


L'Irlande est intégrée comme une des nations du Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d'Irlande par l'Acte d'Union de 1800.


En 1770, James Cook explore la côte orientale de l'Australie et revendique la Nouvelle-Galles du Sud, le pays servira de prison avant d'attirer les aventurier de tout l'Empire lors des ruées vers l'or en Australie qui débutent en 1851.


Luttes dans les colonies

Au cours de la Révolution américaine, les colons se réclamant américains – soutenus par les Français, les Hollandais et les Espagnols – proclament leur indépendance ce qui conduit à la guerre d'indépendance des États-Unis qu'ils remporteront en 1783.


Pour ne pas perdre plus de territoires en Amérique du Nord, le Haut-Canada et le Bas-Canada sont instaurés par l'Acte constitutionnel de 1791, conférant des droits et un pouvoir politique aux canadiens francophones.


Au cours des Guerres napoléoniennes, le Royaume-Uni – qui ne peut rivaliser avec les armées de Napoléon Ier en Europe continentale – impose un blocus naval aux ports français et remporte les victoires navales à Aboukir en 1798 et à Trafalgar en 1805.


Battue par une coalition des armées européennes en 1815, la France cède les îles Ioniennes, Malte, l'Île Maurice, Sainte-Lucie et Tobago tandis que l'Espagne cède Trinidad, les Pays-Bas abandonnent la Guyane, la Colonie du Cap et Ceylan.


De 1815 et 1914, la Grande-Bretagne règne sans partage en Europe et dans le monde, la deuxième révolution industrielle et le développement de nouvelles technologies comme le télégraphe ou la marine à vapeur assurent la suprématie économique et maritime de l'Empire.


Dans la partie sud de l'Afrique, les Britanniques qui avaient annexé l'ancienne colonie du Cap en 1806 ont à faire face aux populations noires comme les nations basotho ou zoulous mais surtout aux nations fondées par les Boers : les républiques boers, constituées par des émigrés européens et qui s'opposent à l'impérialisme lors de la Seconde Guerre des Boers.


En 1882, les Britanniques prennent position en Égypte et occupent le Canal de Suez, axe stratégique pour son commerce vers l'Asie. Ils tentent ensuite de réclamer les territoires sur l'axe Le Cap-Le Caire lors des différentes conférences qui partagent l'Afrique entre les puissances coloniales.
Progressivement, les colonies à peuplement majoritairement blanc se développent et réclament de plus en plus d'indépendance et d'autonomie, les dominions sont ainsi créés et forment le Commonwealth of Nations.


Le Royaume-Uni forme plusieurs alliances avec le Japon en 1902, la France en 1904 et la Russie en 1907 afin de parer à la montée en puissance de la marine allemande.


Lorsqu'éclate la guerre en 1914, toutes les nations de l'Empire sont appelées à combattre aux côtés de la Triple-Entente. A la sortie de la guerre, les colonies allemandes sont réparties entre les dominions et les protectorats anglais et français.


En 1921, l'État libre d'Irlande est formé, l'année suivante, l'Égypte obtient son indépendance et progressivement, ce sont toutes les colonies qui acquièrent leur liberté.

Géographie

L'Empire en 1886.
L'Empire en 1886.

L'Empire colonial britannique est le plus étendu du monde au XIXe siècle avec environ 33 millions de km2 pour environ le quart de la population mondiale totale d'alors, c'est-à-dire 500 millions d'habitants. Les possessions, comptoirs et colonies britanniques s'étendent sur les cinq continents, des Amériques aux confins de l'Asie et des Territoires antarctiques à l'actuel Nunavut. Le développement sans précédent du commerce entre les Îles britanniques et son Empire amène à la création de nombreuses compagnies marchandes des Indes orientales, d'Afrique, de la Baie d'Hudson ou encore de Nouvelle-Zélande. Les britanniques lutteront souvent contre leurs ennemis héréditaires français, et contre les autres empires coloniaux, mais la chute de l'Empire viendra de l'intérieur avec la décolonisation des colonies « indigènes » et la passation de souveraineté aux colonies de « peuplement blanc ».


De matières discontinue et à différentes époques, les Britanniques ont régné en partie ou en totalité sur ces territoires devenu des nations souveraines ou bien liées par le Commonwealth of Nations :

Afrique
Afrique du Sud
Cameroun
Égypte
Éthiopie
Érythrée
Gambie
Ghana
Kenya
Lesotho
Libye
Malawi
Maurice
Mozambique
Namibie
Nigeria
Ouganda
Rwanda
Seychelles
Sainte-Hélène, Ascension et Tristan da Cunha
Sierra Leone
Somalie
Soudan
Soudan du Sud
Eswatini
Tanzanie
Tunisie
Zambie
Zimbabwe
Amériques
Anguilla
Argentine
Antigua-et-Barbuda
Bahamas
Barbade
Belize
Bermudes
Canada
Îles Caïmans
Dominique
États-Unis
Îles Vierges britanniques
Géorgie du Sud-et-les îles Sandwich du Sud
Grenade
Guyana
Jamaïque
Malouines
Montserrat
Nicaragua
Saint-Christophe-et-Niévès
Sainte-Lucie
Suriname
Trinité-et-Tobago
Îles Turques-et-Caïques
Europe
Chypre
Dodécanèse
Gibraltar
Heligoland
Irlande
Malte
Minorque
Îles Ioniennes
Océanie
Australie
Fidji
Kiribati
Nauru
Nouvelle-Zélande
Îles Pitcairn
Papouasie-Nouvelle-Guinée
Salomon
Samoa
Tonga
Tuvalu
Vanuatu
Antarctique
Territoire antarctique britannique
Asie
Bangladesh
Bahreïn
Birmanie
Bhoutan
Brunei
Hong Kong
Inde
Malaisie
Maldives
Népal
Pakistan
Singapour
Sri Lanka
Orient
Yémen
Émirats arabes unis
Irak
Iran
Israël
Koweït
Liban
Palestine
Syrie
Turquie
Qatar





Les Indes britanniques en 1909.
Les Indes britanniques en 1909.

Lumière sur …

Adam Smith ( - ) est un philosophe et économiste écossais des Lumières. Il reste dans l’histoire comme le père de la science économique moderne, et son œuvre principale, la Richesse des nations, est un des textes fondateurs du libéralisme économique. Professeur de philosophie morale à l’université de Glasgow, il consacre dix années de sa vie à ce texte qui inspire les grands économistes suivants, ceux que Karl Marx appellera les « classiques » et qui poseront les grands principes du libéralisme économique.

La plupart des économistes considèrent Smith comme « le père de l’économie politique » ; pourtant certains, comme l’Autrichien Joseph Schumpeter et l'Américain Murray Rothbard, l’ont défini comme un auteur mineur, considérant que son œuvre ne comportait pas d’idée originale.

Article de qualité Lire la suite

Voir aussi

Projets connexes sur Wikimedia

Portails connexes sur Wikipédia

Portail:Royaume-Uni Portail:Canada Portail:États-Unis Portail:Monde indien Portail:Époque moderne Portail:Époque contemporaine Portail:Monde colonial
Royaume-Uni Canada États-Unis Monde indien Époque moderne Époque contemporaine Monde colonial
Portail:Australie Portail:Nouvelle-Zélande Portail:Afrique du Sud Portail:Égypte Portail:Commonwealth Portail:Monarchie Portail:Politique
Australie Nouvelle-Zélande Afrique du Sud Égypte Commonwealth Monarchie Politique
{{bottomLinkPreText}} {{bottomLinkText}}
Portail:Empire britannique
Listen to this article